Portraits

Humour noir iconoclaste

Le festival Cinespaña organise un clin d'œil au réalisateur basque, qui viendra discuter de son travail à la Cinémathèque de Toulouse entre le 29 septembre et le 8 octobre 2006. La biographie qui suit est intégrée au catalogue de cette 11ème édition.
Alex de la Iglesia
Né à Bilbao en 1965, Álex de la Iglesia exerce tout d'abord ses talents dans la BD, ce qui lui ouvre la porte du cinéma en tant que décorateur puis directeur artistique. En 1991, son court-métrage Mirindas Asesinas est remarqué par Pedro Almodovar qui produit son premier long, Acción mutante, en 1992 : à travers une approche gore satirique, il annonce le ton de ses œuvres suivantes avec des personnages marginaux, anormaux, contre la société établie et mercantiliste. D'ailleurs Álex de la Iglesia ne cache pas son attirance pour ce genre de personnages : « J'ai toujours eu plus de sympathie pour l'anormal. [...] Ce qui m'intéresse ce sont les personnages qui ne sont surtout pas des héros, des gens qui trahissent, qui mentent, qui tuent, qui se trompent, qui doutent... ».

Après la science fiction, il aborde le film satanique avec Le Jour de la bête (1995), succès populaire en Espagne et film culte, subversif et anti-conformiste (6 Goya dont celui du Meilleur Réalisateur) ; le road-movie violent avec Perdita Durango (1997), tourné en anglais entre le Mexique et les Etat-Unis ; la comédie noire et pathétique avec Muertos de risa (1999), critique acerbe de la télévision et de la célébrité basée sur l'aspect le plus vil du comique ; le western nostalgique avec 800 balles (2002), hommage aux westerns spaghetti.

Avec Mes chers voisins (2000, 3 Goya), Álex de la Iglesia acquiert la notoriété en France. A travers l'inquiétante communauté des copropriétaires de l'immeuble il fait entrer l'horreur et le machiavélisme dans le quotidien. Enfin en 2004, la cible d'Álex de la Iglesia est la réussite superficielle des vendeurs avec Le crime farpait, condensé d'humour noir et de fantastique où triomphe le personnage le plus anormal.

Álex de la Iglesia, mêlant des inspirations classiques et « trash », a ainsi popularisé la comédie noire et le fantastique décalé dans le cinéma espagnol, et par là même ouvert la voie à d'autres réalisateurs et à un cinéma différent. Les nombreux prix nationaux et internationaux qui ont récompensé son œuvre sont autant d'indicateurs de son talent et de sa notoriété auprès de la critique et du public.

+ d'infos
Filmographie
 
Acción mutante (1992)
Le Jour de la bête (1995)
Perdita Durango (1997)
Muertos de risa (1999)
Mes chers voisins (2000)
800 balles (2002)
Le Crime farpait (2004)
Películas para no dormir - segment "La Chambre du fils" (2006)
Crimes à Oxford (2008)
Balada triste (2010)
La chispa de la vida (2011)
 

À lire aussi
Balada triste
Films espagnols | Balada triste
Balada triste s'inscrit dans la continuité de l’œuvre d’Alex de la Iglesia qui revient, film après film, sur les mêmes thèmes. De Mes chers voisins à Mort de rire, il est toujours question d'un affrontement démesuré et sanguinaire entre deux individus ou deux groupes. Ces antagonismes permettent au réalisateur de dessiner le portrait... Lire la suite

Le Jour de la bête
Films espagnols | Le Jour de la bête
Si Alex de la Iglesia manie admirablement bien les codes, qu'ils soient visuels ou narratifs, pour les mixer à un humour plus ou moins acide, noir ou déluré selon les films, il les met toujours au service d'un propos et ne les sert que très rarement froids et gratuits. Nourri à la contre-culture, ancien dessinateur de bande-dessinée,... Lire la suite

Crimes à Oxford
Films espagnols | Crimes à Oxford
Le dernier film d'Alex de la Iglesia, Crimes à Oxford, est l'adaptation du roman Crímenes imperceptibles (publié en Espagne sous le titre de Los Crímenes de Oxford) de l'argentin Guillermo Martínez. Le synopsis est le suivant : Martin (Elijah Wood), un étudiant américain, se rend à Oxford afin de demander à un éminent professeur de... Lire la suite

Le Crime farpait
Films espagnols | Le Crime farpait
Coproduction hispano-italo-française, Le Crime Farpait retranscrit la fascination d'Alex de la Iglesia pour les centres commerciaux, reflet parfait de notre société moderne. Le réalisateur y installe alors ses marionnettes afin de critiquer ce monde insatiable de paraître, en nous rappelant toutefois que nous en faisons partie... Lire la suite

Mort de rire
Films espagnols | Mort de rire
Dans une boîte sordide, Nino interprète pitoyablement son numéro de chanteur face à des légionnaires bruyants, violents qui se comportent en brutes maîtresses du lieu. L'incident (attendu) explose lorsqu'il tue accidentellement leur mascotte, une chèvre. Bruno, criblé de dettes, tente vainement de calmer la situation. Après une visite... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Balada triste
Interviews | Alex de la Iglesia - Balada triste
Dans Balada triste vous abordez le thème de la guerre civile alors que votre cinéma s’était peu penché sur l’histoire de l’Espagne. Il s’agissait pour moi de mettre en images ma façon de voir le passé et la guerre civile. Le clown triste, Javier (Carlos Areces), éprouve comme moi des sentiments de haine et de vengeance dont nous... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Interviews | Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Comment est née l'idée de Crimes à Oxford ?Gerardo Herrero, le producteur de La Méthode de Marcelo Pineyro et de El Aura de Fabian Bielinsky, a pensé à adapter le roman Mathématique du crime de l'écrivain argentin Guillermo Martinez. Quand il m'a proposé le projet, je venais d'en terminer la lecture. Simple coïncidence! Le transposer sur... Lire la suite

Fantastique et horreur dans le cinéma espagnol
Dossiers | Fantastique et horreur dans le cinéma espagnol
Le cinéma fantastique et d'horreur espagnol s'affirme depuis quelques années comme le meilleur d'Europe. Les succès de films tels que L'orphelinat, Grand Prix au festival du film fantastique de Gérardmer, et le dernier Balagueró (co-réalisé avec Paco Plaza), [REC], le confirment amplement. Et pourtant, l'âge d'or se situe plutôt vers la... Lire la suite

Balada triste
Vidéos | Balada triste
Visionné 2636 fois
Voir la vidéo

Balada triste : premières minutes !