Films

Affiche Crimes à Oxford

Crimes à Oxford

Un film de Álex de la Iglesia
Avec Elijah Wood, John Hurt, Leonor Watling, Dominique Pinon, Julie Cox
Espagne, France, Grande-Bretagne | 2007 | 1h43
Sortie en DVD le 01 Octobre 2008
La somme des meurtres ² + un professeur de mathématiques + un étudiant = un thriller de Alex de la Iglesia
Au fil des ans, le nom de Alex de la Iglesia a pris de l'ampleur dans le panorama du cinéma européen. Il est l'un des réalisateurs espagnols les plus appréciés et qui réunit à chaque sortie de film le plus grand nombre de spectateurs.
Le dernier film d'Alex de la Iglesia, Crimes à Oxford, est l'adaptation du roman Crímenes imperceptibles (publié en Espagne sous le titre de Los Crímenes de Oxford) de l'argentin Guillermo Martínez. Le synopsis est le suivant : Martin (Elijah Wood), un étudiant américain, se rend à Oxford afin de demander à un éminent professeur de mathématiques du nom d' Arthur Seldom (John Hurt) de l'encadrer dans ses recherches. Loin des mathématiques, les deux hommes vont être à l'origine de la découverte du corps d'une vieille dame mystérieusement assassinée. Très vite, d'autres morts surgissent, tous accompagnés de symboles qui semblent être la clef de voûte de ces meurtres. Dès lors, Martin et le professeur Seldom vont se lancer à la recherche du meurtrier...

Non, n'ayez pas peur ! Un doctorat en mathématiques n'est pas requis afin de comprendre le film ! Fait rarissime, les mathématiques sont des plus attractives dans ce film et les férus d'énigmes ne pourront que s'en réjouir. On se laisse facilement porter par ce thriller au cœur d'une ville d'Oxford grise et froide qui nous rappelle un décor à la Agatha Christie. Le spectateur suit le jeune Martin tout au long de sa recherche effrénée du tueur, allant de surprises en surprises, assailli par les doutes et la culpabilité potentielle de tous.

Avant la réalisation de Crimes à Oxford, la plupart des films qu'Alex de la Iglesia avait réalisés s'articulaient autour du genre de la comédie, parfois satirique, souvent noire, où la nature humaine était mise à mal mais toujours dans un éclat de rire. Crimes à Oxford s'avère être un tournant dans sa carrière puisqu'il s'agit d'un thriller et non d'une comédie. Cependant, Alex de la Iglesia a préparé cette nouvelle orientation depuis bien longtemps, comme nous le prouvent ses différents films : la course poursuite finale dans La Comunidad est plus proche des codes des films de genre policier et des thrillers que de la comédie; El Crimen Ferpecto, tout en étant très drôle, reste un film dont le moteur est l'envie de tuer l'autre ...

Les nouvelles orientations dans la réalisation d'Alex de la Iglesia semblent se confirmer puisqu'il réalisera bientôt l'adaptation de la célèbre bande dessinée de Edgard P.Jacobs, La Marque jaune, dont les héros sont les détectives Blake et Mortimer. En attendant, bon film, et comme le dit si bien le professeur Seldom, le seul crime parfait n'est pas celui qui n'est pas résolu mais celui qui est résolu avec un faux coupable.

Suppléments édition dvd

En plus du film-annonce et d'une galerie de photos, vous trouverez dans la rubrique bonus du dvd le making-of du film qui s'avère être très fourni : aux images du tournage s'ajoutent les interviews du réalisateur et de ses acteurs. Elijah Wood y compare même, à juste titre, Alex de la Iglesia à Peter Jackson dont, il est vrai, les filmographies ont plusieurs points communs. Alex de la Iglesia aura-t-il la même carrière internationale que son confrère ?

+ d'infos
Voir ce film
 

À lire aussi
Balada triste
Films | Balada triste
Balada triste s'inscrit dans la continuité de l’œuvre d’Alex de la Iglesia qui revient, film après film, sur les mêmes thèmes. De Mes chers voisins à Mort de rire, il est toujours question d'un affrontement démesuré et sanguinaire entre deux individus ou deux groupes. Ces antagonismes permettent au réalisateur de dessiner le portrait... Lire la suite

Le Jour de la bête
Films | Le Jour de la bête
Si Alex de la Iglesia manie admirablement bien les codes, qu'ils soient visuels ou narratifs, pour les mixer à un humour plus ou moins acide, noir ou déluré selon les films, il les met toujours au service d'un propos et ne les sert que très rarement froids et gratuits. Nourri à la contre-culture, ancien dessinateur de bande-dessinée,... Lire la suite

Le Crime farpait
Films | Le Crime farpait
Coproduction hispano-italo-française, Le Crime Farpait retranscrit la fascination d'Alex de la Iglesia pour les centres commerciaux, reflet parfait de notre société moderne. Le réalisateur y installe alors ses marionnettes afin de critiquer ce monde insatiable de paraître, en nous rappelant toutefois que nous en faisons partie... Lire la suite

Mort de rire
Films | Mort de rire
Dans une boîte sordide, Nino interprète pitoyablement son numéro de chanteur face à des légionnaires bruyants, violents qui se comportent en brutes maîtresses du lieu. L'incident (attendu) explose lorsqu'il tue accidentellement leur mascotte, une chèvre. Bruno, criblé de dettes, tente vainement de calmer la situation. Après une visite... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Balada triste
Interviews | Alex de la Iglesia - Balada triste
Dans Balada triste vous abordez le thème de la guerre civile alors que votre cinéma s’était peu penché sur l’histoire de l’Espagne. Il s’agissait pour moi de mettre en images ma façon de voir le passé et la guerre civile. Le clown triste, Javier (Carlos Areces), éprouve comme moi des sentiments de haine et de vengeance dont nous... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Interviews | Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Comment est née l'idée de Crimes à Oxford ?Gerardo Herrero, le producteur de La Méthode de Marcelo Pineyro et de El Aura de Fabian Bielinsky, a pensé à adapter le roman Mathématique du crime de l'écrivain argentin Guillermo Martinez. Quand il m'a proposé le projet, je venais d'en terminer la lecture. Simple coïncidence! Le transposer sur... Lire la suite

Alex de la Iglesia
Portraits | Alex de la Iglesia
Né à Bilbao en 1965, Álex de la Iglesia exerce tout d'abord ses talents dans la BD, ce qui lui ouvre la porte du cinéma en tant que décorateur puis directeur artistique. En 1991, son court-métrage Mirindas Asesinas est remarqué par Pedro Almodovar qui produit son premier long, Acción mutante, en 1992 : à travers une approche gore... Lire la suite

Balada triste
Vidéos | Balada triste
Visionné 3794 fois
Voir la vidéo

Balada triste : premières minutes !