Films

Affiche Mort de rire

Mort de rire

Un film de Álex de la Iglesia
Avec Santiago Segura, El Gran Wyoming, Álex Angulo, Carla Hidalgo, Eduardo Gómez
Comédie dramatique | Espagne | 1999 | 1h38
Sortie en DVD le 03 Octobre 2006
Un drame déjanté qui s’épanouit entre haine et nécessité de l’Autre
Álex de la Iglesia signe, à travers cette histoire burlesque sur fond d'humour grinçant, une vision rétrospective de l'Histoire espagnole qui remonte des décennies 60-70 en avançant progressivement dans l'actualité.
Dans une boîte sordide, Nino interprète pitoyablement son numéro de chanteur face à des légionnaires bruyants, violents qui se comportent en brutes maîtresses du lieu. L'incident (attendu) explose lorsqu'il tue accidentellement leur mascotte, une chèvre. Bruno, criblé de dettes, tente vainement de calmer la situation. Après une visite rapide chez la mère de Nino, avec laquelle il vit et à qui il ne parle plus depuis plusieurs années, les deux rescapés partent pour Madrid afin de passer un casting. Seulement Nino, à l'air quelque peu abruti, fait un blocage sur scène jusqu'à ce que Bruno le gifle d'une manière qui entraîne adhésion et éclat de rire du public. Le comique de leur duo est né. Leur succès va s'accroître au fil des humiliations infligées à l'introverti.

Le show a des répercussions sur leurs vies, notamment dans les rapports avec les femmes « fans » qu'ils rencontrent. En effet, Alex de la Iglesia utilise le climat de répression de la dictature franquiste pour offrir au preneur de claques une revanche magistrale, hors caméra, sur son co-équipier. La liaison avec une femme qu'ils avaient convoitée tous les deux, au profit finalement du meneur, se rompt lors de la fausse arrestation orchestrée par Nino. La lâcheté et la traîtrise de Bruno face à sa compagne engagée dans la résistance vont lui être fatales. Ce dernier réplique devant caméra, en offrant aux spectateurs le privilège de claquer directement son partenaire.

Ce coup monté va constituer la pierre d'achoppement de la haine que vont alors se vouer les deux hommes, alors même qu'ils acceptent d'être dépendants l'un de l'autre par le numéro rémunérateur qu'ils jouent. La violence dégénère dans leurs vies privées. Nino va prendre une terrible revanche télévisée le 23 février 1981, jour de la tentative de coup d'état commandité par le général Armada ; le lieutenant-colonel Tejero va séquestrer ministres et parlementaires au Congrès avec le soutien de gardes civils armés. Cet évènement empêche les producteurs du spectacle d'intervenir pour tempérer le jeu dangereux (l'auraient-ils fait d'ailleurs ?) auquel se prêtent Nino et Bruno. Les règlements de comptes s'achèvent en folie meurtrière sous les encouragements du public.

Alex de la Iglesia, tout en reconstruisant un univers symbolique populaire au travers des mass média, déploie une fois de plus son arsenal de petites méchancetés et décrit une humanité coupable de terribles pulsions de mort. Au-delà de l'humour noir, il réussit le portrait de deux hommes qui ne peuvent ni vivre ensemble, ni se passer l'un de l'autre.

+ d'infos

À lire aussi
Balada triste
Films | Balada triste
Balada triste s'inscrit dans la continuité de l’œuvre d’Alex de la Iglesia qui revient, film après film, sur les mêmes thèmes. De Mes chers voisins à Mort de rire, il est toujours question d'un affrontement démesuré et sanguinaire entre deux individus ou deux groupes. Ces antagonismes permettent au réalisateur de dessiner le portrait... Lire la suite

Le Jour de la bête
Films | Le Jour de la bête
Si Alex de la Iglesia manie admirablement bien les codes, qu'ils soient visuels ou narratifs, pour les mixer à un humour plus ou moins acide, noir ou déluré selon les films, il les met toujours au service d'un propos et ne les sert que très rarement froids et gratuits. Nourri à la contre-culture, ancien dessinateur de bande-dessinée,... Lire la suite

Crimes à Oxford
Films | Crimes à Oxford
Le dernier film d'Alex de la Iglesia, Crimes à Oxford, est l'adaptation du roman Crímenes imperceptibles (publié en Espagne sous le titre de Los Crímenes de Oxford) de l'argentin Guillermo Martínez. Le synopsis est le suivant : Martin (Elijah Wood), un étudiant américain, se rend à Oxford afin de demander à un éminent professeur de... Lire la suite

Le Crime farpait
Films | Le Crime farpait
Coproduction hispano-italo-française, Le Crime Farpait retranscrit la fascination d'Alex de la Iglesia pour les centres commerciaux, reflet parfait de notre société moderne. Le réalisateur y installe alors ses marionnettes afin de critiquer ce monde insatiable de paraître, en nous rappelant toutefois que nous en faisons partie... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Balada triste
Interviews | Alex de la Iglesia - Balada triste
Dans Balada triste vous abordez le thème de la guerre civile alors que votre cinéma s’était peu penché sur l’histoire de l’Espagne. Il s’agissait pour moi de mettre en images ma façon de voir le passé et la guerre civile. Le clown triste, Javier (Carlos Areces), éprouve comme moi des sentiments de haine et de vengeance dont nous... Lire la suite

Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Interviews | Alex de la Iglesia - Crimes à Oxford
Comment est née l'idée de Crimes à Oxford ?Gerardo Herrero, le producteur de La Méthode de Marcelo Pineyro et de El Aura de Fabian Bielinsky, a pensé à adapter le roman Mathématique du crime de l'écrivain argentin Guillermo Martinez. Quand il m'a proposé le projet, je venais d'en terminer la lecture. Simple coïncidence! Le transposer sur... Lire la suite

Alex de la Iglesia
Portraits | Alex de la Iglesia
Né à Bilbao en 1965, Álex de la Iglesia exerce tout d'abord ses talents dans la BD, ce qui lui ouvre la porte du cinéma en tant que décorateur puis directeur artistique. En 1991, son court-métrage Mirindas Asesinas est remarqué par Pedro Almodovar qui produit son premier long, Acción mutante, en 1992 : à travers une approche gore... Lire la suite

Balada triste
Vidéos | Balada triste
Visionné 4116 fois
Voir la vidéo

Balada triste : premières minutes !