Portraits

Pedro Almodovar ou la conjonction des contraires

Pedro Almodóvar a marqué de façon indélébile le cinéma espagnol de son empreinte. Ses films souvent provocateurs et excentriques ne restent pas moins d’une grande profondeur.

Pedro Almodóvar
Almodovar est le grand cinéaste espagnol de la fin du vingtième siècle. Il perpétue la malédiction du cinéma de la péninsule, qui veut qu’un seul grand réalisateur (Luis Buñuel, Carlos Saura) émerge par génération. Au-delà, point de salut. Vision floutée de la création cinématographique espagnole ou simple constat ?

Au début des années 80, quand toute une génération de cinéastes ressent l’impérieux besoin de dire la dictature franquiste, Almodovar, en rupture, raconte une Espagne en pleine mutation, envahie par le désir compulsif de goûter à tous les plaisirs qu’on lui avait confisqués.

Le jeune Almodovar, né en 1949 à Calzada de Calavatra, petit village de la Mancha, fait ses premiers pas à Madrid au début des années 70. Il a l’intention d’entrer à l’école de cinéma mais Franco vient d’ordonner sa fermeture. Qu’à cela ne tienne, Pedro achète une caméra super 8 et se lance dans la réalisation de courts-métrages. A cette époque, le jeune réalisateur n’a pas encore choisi totalement sa voie. Il multiplie les participations en écrivant des scénarios pour le théâtre ou des billets d’humeur pour des magazines. Il est au cœur de l’effervescence culturelle madrilène que l’on appellera, quelques années plus tard, la Movida.

Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980), son premier long métrage, malgré le scandale qu’il suscite est un grand succès. Sur le ton de la comédie corrosive, Almodovar fait jouer à Carmen Maura (qui deviendra l’une de ses actrices fétiches) le rôle d’une ménagère qui, malgré elle, découvre un monde libertin dans lequel elle se complait. Le carcan du « cinéma souvenir » est rompu. Dans ce film, l’absence du rappel à la dictature colle aux aspirations de la société espagnole. L’oubli est de rigueur. Il faut à tout prix éviter de faire le procès du franquisme de peur de réveiller le spectre de la Guerre civile. Pour Almodovar, cette amnésie délibérée est la plus belle revanche que l’on puisse faire sur ces années de plomb.

Mais cette rupture avec le passé est loin d’être le seul aspect de la modernité du cinéaste. Les personnages qu’il met en scène sont tout aussi atypiques : des travestis, des bonnes sœurs, des junkies, des curés, des toreros, des homosexuels…. Et il est étonnant de voir comment cette ménagerie s’impose si simplement à nous et fait sens. C’est qu’au delà de l’aspect baroque, voire provoquant de ces personnages, la trame narrative plonge dans des répertoires classiques du cinéma. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? (1984), comédie noire sur la décomposition d’une famille, puise dans l’univers du néo-réalisme italien de De Sica et de Rossellini. La loi du désir (1987) et Matador (1988) révèlent le goût d’Almodovar pour les tragédies passionnelles dans lesquelles l’amour n’a de finalité que dans la mort. Femmes au bord de la crise de nerfs (1988), inspiré de La Voix Humaine de Cocteau, est un vaudeville à la Feydeau, tout comme Kika (1993), qui dérive vers une fin perverse dénonçant le cynisme des médias. Talons Aiguilles (1991) utilise les ressorts du film policier pour mieux mettre en scène les relations d’une mère et d’une fille. Tout sur ma mère (1998) renoue avec les artifices du mélo, avec les plus classiques des récits familiaux, tout en apportant son lot d’excentricité et d’humour. Il en va de même pour Parle avec elle (2001), La mauvaise éducation (2003) ou Volver (2006).

Si Almodovar s’inspire de tout un pan de l’histoire du cinéma et des rouages classiques des mélodrames, il y ajoute une touche de complexité qui rend toujours vraisemblable des histoires invraisemblables. Il a tout particulièrement cette faculté à rendre compte avec justesse de la sensibilité féminine. Il éprouve d’ailleurs une profonde fascination pour le beau sexe, notamment dans sa capacité à feindre. Sa mère, qui était écrivain public, avait le don de transformer les lettres familiales qu’elle lisait à ses clients afin d’en atténuer certaines réalités difficiles. Elle lui a de cette manière montré comment la réalité avait besoin de la fiction pour être plus complète, plus vivable. Un principe qu’il n’a de cesse d’appliquer dans ses films et qui lui permet de conjuguer les contraires avec aisance.

Thomas Tertois


+ d'infos
Filmographie
 
Les Etreintes brisées (2008)
Volver (2005)
La Mauvaise éducation (2003)
Parle avec elle (2001)
Tout sur ma mere (1998)
En chair et en os (1997)
La Fleur de mon secret (1995)
Kika (1993)
Talons aiguilles (1991)
Attache-moi ! (1989)
Matador (1988)
Femmes au bord de la crise de nerfs (1988)
La Loi du désir (1987)
Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça? (1984)
Dans les ténèbres (1984)
Le Labyrinthe des passions (1982)
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980)
 

À lire aussi
La Piel que Habito
Films | La Piel que Habito
Le docteur Ledgard (Antonio Banderas) tente de surmonter la perte tragique de son épouse en travaillant d'arrache-pied à son obsession : la création d'une peau parfaite qui pourra ensuite être greffée sur un patient humain. Ses expérimentations sont contraires à la bioéthique et le chirurgien les conduit en secret, dans son laboratoire... Lire la suite

Etreintes brisées
Films | Etreintes brisées
Comme l'évoque le titre, volontairement mis au pluriel, plusieurs histoires se mêlent et s'entremêlent avec fluidité. Dans cet entrelac, Pedro Almodovar se livre à une réflexion sur la création et la destruction, celle des oeuvres que l'on se doit d'achever, même la peur au ventre, même " à l'aveugle", comme le dit Mateo ( Lluis Homar ),... Lire la suite

Volver
Films | Volver
Dans un petit village de la Mancha, des femmes s'appliquent à nettoyer, astiquer les tombes avec énergie, sous un vent qui semble de feu. C'est sur ce plan séquence, aride et légèrement décalé, que s'ouvre le film, d'emblée loin des clichés movida-esques, érotiques et urbains auxquels on a pu être parfois tenté de réduire le cinéma... Lire la suite

Pedro Almodóvar - La Piel que habito
Interviews | Pedro Almodóvar - La Piel que habito
Qu'est-ce qui vous a séduit dans le roman Mygale de Thierry Jonquet? Pedro Almodóvar : Je l'ai lu il y a une dizaine d'années. Ce qui m'a attiré, et c'est la seule chose qui demeure dans le film (car au fil du temps, je me suis bien éloigné de l'original), c'est la disproportion de la vengeance du Docteur Ledgard. Comment décririez-vous... Lire la suite

Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Dossiers | Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Almodovar est un cinéaste homosexuel, ce qui n'est pas toujours confortable, car cette étiquette s'accompagne vite de préjugés, pas forcément homophobes au sens propre, mais néanmoins néanmoins et déplacés. Le cinéaste se voit du coup coller un certain nombre d'étiquettes, ambiguës en ce sens qu'elles peuvent être à la fois... Lire la suite

De Mygale à La Piel que habito : l'adaptation littéraire chez Almodóvar
Actualités | De Mygale à La Piel que habito : l'adaptation littéraire chez Almodóvar
Le cinéma de Pedro Almodóvar est marqué par de nombreuses influences artistiques qui, bien loin d’être reléguées au second plan, participent activement à la construction de l’intrigue et s’intègrent naturellement aux scénarios de ses films. Déjà en 1983, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça?prenait un ton néo-réaliste,... Lire la suite

Almodovar à la Cinémathèque française
Actualités | Almodovar à la Cinémathèque française
Pour cette ¡Exhibition! dédiée au réalisateur Pedro Almodóvar, la Cinémathèque française a vu grand. Plus que sur le réalisateur, c'est un regard sur l'artiste qui nous est proposé. En neuf espaces, le visiteur est invité à pénétrer dans un univers à part entière. Comme l'explique Serge Toubiana, le maître des lieux, « la... Lire la suite

European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Actualités | European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Si la cérémonie des Goya ne réussit pas tellement à Almodóvar, il remporte en revanche de nombreuses récompenses lors des grandes messes cinématographiques internationales. On se souvient en 1999 de l'Oscar du meilleur film étranger pour Todo sobre mi madre ou, plus récemment, le prix du scénario et un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Actualités | Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Les professionnels espagnols de l'industrie cinématographique ont décidé de suivre le public en nominant massivement les trois plus grands succès de cette année: Alatriste de Agustín Díaz Yanes, Volver de Pedro Almodóvar et Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro.Des trois films, seul Alatriste est inconnu du public français. Ce... Lire la suite

Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
Actualités | Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
D'un point de vue purement comptable, Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro sort vainqueur de cette cérémonie avec 7 Goya, mais c'est véritablement Volver de Pedro Almodóvar qui a été consacré en recevant les prix les plus importants: Meilleur réalisateur, Meilleur film, Meilleure actrice (Penélope Cruz), Meilleur second rôle... Lire la suite

Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Actualités | Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Selon toute vraisemblance, le film devrait être sélectionné au Festival de Cannes, qui se déroulera du 13 au 24 mai. L'annonce de la sélection officielle sera faite le 23 avril prochain. Rappelons qu'Almodóvar est un habitué de la Croisette et que son dernier film, Volver, avait remporté en 2006 un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Pedro Almodóvar : filmer pour vivre
Actualités | Pedro Almodóvar : filmer pour vivre
Et si Pedro Almodóvar était le dernier « auteur » du septième art? Son oeuvre offre une telle cohérence, un univers si personnel que l'on retrouve sa patte dans le moindre de ses plans.Ce postmoderne est avant tout un remarquable cinéphile qui se nourrit d'images et qui les recompose dans des récits qui mêlent allégrement l'ancien... Lire la suite

La Fleur de mon secret
Vidéos | La Fleur de mon secret
Visionné 1978 fois
Voir la vidéo