Actualités

Pedro Almodóvar : filmer pour vivre

Jean-Claude Seguin, Professeur à l'Université Lumière Lyon 2 et Président du GRIMH (Groupe de Réflexion sur l'Image dans le Monde Hispanique), est à l'heure actuelle l'un des meilleurs spécialistes du cinéma espagnol. Il vient de publier un ouvrage sur Pedro Almodóvar.
Couverture du livre Pedro Almodovar: filmer pour vivre
Et si Pedro Almodóvar était le dernier « auteur » du septième art? Son oeuvre offre une telle cohérence, un univers si personnel que l'on retrouve sa patte dans le moindre de ses plans.

Ce postmoderne est avant tout un remarquable cinéphile qui se nourrit d'images et qui les recompose dans des récits qui mêlent allégrement l'ancien et le moderne. Il échappe ainsi à toute classification, déroutant ses fidèles comme ses détracteurs. Pedro Almodóvar est déjà un classique, mais aussi un des grands créateurs de la culture hispanique qui s'inscrit dans la lignée de ces figures exceptionnelles que l'Espagne a produites au cours des siècles.

Jean-Claude Seguin retrace ici la vie et l'oeuvre du cinéaste et s'attache à dégager les grandes caractéristiques d'un style cinématographique complexe qui a permis de pousser le cinéma espagnol hors de ses frontières. Cet ouvrage s'adresse autant au spécialiste qui trouvera une somme d'informations qu'à l'étudiant hispaniste et au cinéphile.

Ce titre s'intègre dans la collection « Imágenes », collection de référence sur l'image dans le monde hispanique (cinéma, photographie, télévision, arts, BD, etc.), qui propose des ouvrages signés par des chercheurs de renom, spécialistes de ces questions. La collection est dirigée par Nancy Berthier, Professeur des Universités (Paris-Est).
Vidéo

+ d'infos

À lire aussi
La Piel que Habito
Films espagnols | La Piel que Habito
Le docteur Ledgard (Antonio Banderas) tente de surmonter la perte tragique de son épouse en travaillant d'arrache-pied à son obsession : la création d'une peau parfaite qui pourra ensuite être greffée sur un patient humain. Ses expérimentations sont contraires à la bioéthique et le chirurgien les conduit en secret, dans son laboratoire... Lire la suite

Etreintes brisées
Films espagnols | Etreintes brisées
Comme l'évoque le titre, volontairement mis au pluriel, plusieurs histoires se mêlent et s'entremêlent avec fluidité. Dans cet entrelac, Pedro Almodovar se livre à une réflexion sur la création et la destruction, celle des oeuvres que l'on se doit d'achever, même la peur au ventre, même " à l'aveugle", comme le dit Mateo ( Lluis Homar ),... Lire la suite

Volver
Films espagnols | Volver
Dans un petit village de la Mancha, des femmes s'appliquent à nettoyer, astiquer les tombes avec énergie, sous un vent qui semble de feu. C'est sur ce plan séquence, aride et légèrement décalé, que s'ouvre le film, d'emblée loin des clichés movida-esques, érotiques et urbains auxquels on a pu être parfois tenté de réduire le cinéma... Lire la suite

Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Dossiers | Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Almodovar est un cinéaste homosexuel, ce qui n'est pas toujours confortable, car cette étiquette s'accompagne vite de préjugés, pas forcément homophobes au sens propre, mais néanmoins néanmoins et déplacés. Le cinéaste se voit du coup coller un certain nombre d'étiquettes, ambiguës en ce sens qu'elles peuvent être à la fois... Lire la suite