Films

Affiche Etreintes brisées

Etreintes brisées

Un film de Pedro Almodóvar
Avec Blanca Portillo, José Luis Gomez, Lluis Homar, Penélope Cruz, Rossy De Palma
Drame | Espagne | 2009 | 2h09
European Film Award 2009 de la Meilleure musique
Sortie en DVD le 02 Décembre 2009
Les Etreintes brisées
Un homme écrit dans l'obscurité. Cet homme qui s'appelait Mateo Blanco vit aujourd'hui sous le pseudonyme de Harry Caine. Pourquoi ? Parce que sa vie quinze ans auparavant a été brisée par un accident de voiture qui l'a rendu veuf et aveugle. Après cette rupture tragique, l'homme, ne pouvant plus exercer son métier de réalisateur, est devenu simple scénariste.
Comme l'évoque le titre, volontairement mis au pluriel, plusieurs histoires se mêlent et s'entremêlent avec fluidité. Dans cet entrelac, Pedro Almodovar se livre à une réflexion sur la création et la destruction, celle des oeuvres que l'on se doit d'achever, même la peur au ventre, même " à l'aveugle", comme le dit Mateo ( Lluis Homar ), héros d'une passion interdite.

N'est-ce pas le film qui commande ? La faute principale de Mateo n'est pas tant d'avoir séduit la femme d'un autre - celle d'un riche homme d'affaires et bailleur du film - que d'avoir préféré cette femme à son art ? Le destin l'a puni de façon exemplaire en le privant à la fois de la possibilité de poursuivre son métier de metteur en scène et de la femme qu'il aime, cette Léna campée par une Penélope Cruz plus glamour que jamais.

Récit d'un amour dominé par la fatalité, le dernier opus d'Almodovar joue sur la métaphore du montage d'un film comme symbole de la réalisation d'une vie. Riche en flash-back nourrissant le suspense autour du personnage central, la caméra ne cesse de nous offrir des plans somptueux qui confirment la maîtrise et la virtuosité du cinéaste ibérique et nous ensorcelle une fois de plus par la beauté formelle de ses images.

Certains ont reproché à Almodovar de s'être montré moins innovant que dans ses films précédents. Je ne suis pas d'accord. Etreintes brisées m'est apparu comme une oeuvre de plénitude, synthèse des acquis du passé, jouant de la référence ainsi que du magnétisme bien connu de l'auteur, et qui ne manque jamais de rendre hommage à ses maîtres, dont Rossellini auquel il adresse un clin d'oeil à travers l'évocation du Voyage en Italie.

Malgré quelques imperfections et en partie grâce à elles, le film est parcouru par une émotion constante. Principalement par celle que provoque, même traitée au figuré, la conscience de l'artiste d'être un jour privé de la possibilité d'exercer sa vocation. Almodovar l'a cristallisée dans la cécité de Mateo Blanco. Mais, comme le dit l'un des héros, c'est le film qui reste au coeur du drame, drame personnel de l'amour fou qui, en fin de compte, ne parvient pas à se partager entre la femme adulée et l'art vénéré..

+ d'infos
Lien web
 
Voir ce film
 

À lire aussi
La Piel que Habito
Films | La Piel que Habito
Le docteur Ledgard (Antonio Banderas) tente de surmonter la perte tragique de son épouse en travaillant d'arrache-pied à son obsession : la création d'une peau parfaite qui pourra ensuite être greffée sur un patient humain. Ses expérimentations sont contraires à la bioéthique et le chirurgien les conduit en secret, dans son laboratoire... Lire la suite

Pedro Almodóvar
Portraits | Pedro Almodóvar
Almodovar est le grand cinéaste espagnol de la fin du vingtième siècle. Il perpétue la malédiction du cinéma de la péninsule, qui veut qu’un seul grand réalisateur (Luis Buñuel, Carlos Saura) émerge par génération. Au-delà, point de salut. Vision floutée de la création cinématographique espagnole ou simple constat ? Au début des... Lire la suite

Volver
Films | Volver
Dans un petit village de la Mancha, des femmes s'appliquent à nettoyer, astiquer les tombes avec énergie, sous un vent qui semble de feu. C'est sur ce plan séquence, aride et légèrement décalé, que s'ouvre le film, d'emblée loin des clichés movida-esques, érotiques et urbains auxquels on a pu être parfois tenté de réduire le cinéma... Lire la suite

Pedro Almodóvar - La Piel que habito
Interviews | Pedro Almodóvar - La Piel que habito
Qu'est-ce qui vous a séduit dans le roman Mygale de Thierry Jonquet? Pedro Almodóvar : Je l'ai lu il y a une dizaine d'années. Ce qui m'a attiré, et c'est la seule chose qui demeure dans le film (car au fil du temps, je me suis bien éloigné de l'original), c'est la disproportion de la vengeance du Docteur Ledgard. Comment décririez-vous... Lire la suite

Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Dossiers | Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Almodovar est un cinéaste homosexuel, ce qui n'est pas toujours confortable, car cette étiquette s'accompagne vite de préjugés, pas forcément homophobes au sens propre, mais néanmoins néanmoins et déplacés. Le cinéaste se voit du coup coller un certain nombre d'étiquettes, ambiguës en ce sens qu'elles peuvent être à la fois... Lire la suite

Almodovar à la Cinémathèque française
Actualités | Almodovar à la Cinémathèque française
Pour cette ¡Exhibition! dédiée au réalisateur Pedro Almodóvar, la Cinémathèque française a vu grand. Plus que sur le réalisateur, c'est un regard sur l'artiste qui nous est proposé. En neuf espaces, le visiteur est invité à pénétrer dans un univers à part entière. Comme l'explique Serge Toubiana, le maître des lieux, « la... Lire la suite

European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Actualités | European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Si la cérémonie des Goya ne réussit pas tellement à Almodóvar, il remporte en revanche de nombreuses récompenses lors des grandes messes cinématographiques internationales. On se souvient en 1999 de l'Oscar du meilleur film étranger pour Todo sobre mi madre ou, plus récemment, le prix du scénario et un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Actualités | Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Les professionnels espagnols de l'industrie cinématographique ont décidé de suivre le public en nominant massivement les trois plus grands succès de cette année: Alatriste de Agustín Díaz Yanes, Volver de Pedro Almodóvar et Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro.Des trois films, seul Alatriste est inconnu du public français. Ce... Lire la suite

Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
Actualités | Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
D'un point de vue purement comptable, Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro sort vainqueur de cette cérémonie avec 7 Goya, mais c'est véritablement Volver de Pedro Almodóvar qui a été consacré en recevant les prix les plus importants: Meilleur réalisateur, Meilleur film, Meilleure actrice (Penélope Cruz), Meilleur second rôle... Lire la suite

Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Actualités | Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Selon toute vraisemblance, le film devrait être sélectionné au Festival de Cannes, qui se déroulera du 13 au 24 mai. L'annonce de la sélection officielle sera faite le 23 avril prochain. Rappelons qu'Almodóvar est un habitué de la Croisette et que son dernier film, Volver, avait remporté en 2006 un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Pedro Almodóvar : filmer pour vivre
Actualités | Pedro Almodóvar : filmer pour vivre
Et si Pedro Almodóvar était le dernier « auteur » du septième art? Son oeuvre offre une telle cohérence, un univers si personnel que l'on retrouve sa patte dans le moindre de ses plans.Ce postmoderne est avant tout un remarquable cinéphile qui se nourrit d'images et qui les recompose dans des récits qui mêlent allégrement l'ancien... Lire la suite