Dossiers

Un chien andalou, un film qui s'éprouve

Quel autre court-métrage peut se vanter d'avoir suscité autant d'exégèses, au point qu'assez vite les textes consacrés à Un chien andalou commençaient en relevant l'absurdité d'ajouter une nouvelle interprétation à toutes celles déjà proposées. Le plus fascinant demeure que, quand bien même on connaîtrait toutes ces approches, elles n'entament en rien le choc que procure chaque vision de ce film, ni son mystère. La modestie s'impose donc face à ce labyrinthe de sens. Tout au plus peut-on tenter de restituer les conditions de naissance d'Un chien andalou et d'essayer de comprendre comment ce film unique continue de tenir tête face aux analyses de tous poils.
Un chien andalou
Après un court prologue nous montrant le réalisateur lui-même sectionnant avec un rasoir l'oeil d'une jeune femme, ce film truffé d'images obscures semble décrire les obstacles divers qu'un jeune homme rencontre pour rejoindre la femme (celle du prologue), objet de son désir. A un moment, il croise un double qu'il abat avec un revolver. La femme lui échappe finalement et se retrouve sur une plage avec un autre homme. La mer dépose sur la grève des objets ayant appartenu au premier homme et qu'ils rejettent à la mer. Un court épilogue, une image fixe, nous montre l'homme et la femme enterrés dans le sable jusqu'aux épaules.

Comment est né Un chien andalou ?

Buñuel en a raconté à plusieurs reprises la genèse. Dali et lui ont écrit le scénario en six jours. « Nous étions en telle symbiose qu'il n'y avait pas de discussion. Nous travaillions en accueillant les premières images qui nous venaient à l'esprit et nous rejetions systématiquement tout ce qui pouvait venir de la culture ou de l'éducation. Il fallait que ce soient des images qui
nous surprennent et qui soient acceptées par tous les deux sans discussion ».

Unique, ce court métrage de Buñuel tranche avec l'avant-garde d'alors, plus proche d'une inspiration plastique, et avec les oeuvres que Buñuel va réaliser. Même s'il est pertinent, dans une perspective auteuriste, de lire Un chien andalou au prisme thématique de cette oeuvre (la sexualité et ses perversions, une culture religieuse et un penchant pour le blasphème, l'humour, la dérision, le goût des insectes, l'importance de l'onirisme, la saveur de l'incongruité), il n'échappe à personne que les films suivants de Buñuel empruntent une ligne de plus en plus claire. Déjà, L'âge d'or (1930), sa deuxième oeuvre, accueillie avec plus de ferveur encore par le groupe surréaliste, repose sur un développement dramaturgique plus explicite.

Le poids du co-scénariste pèse sans aucun doute dans cette singularité. On trouve en effet une déclinaison des motifs propresà l'univers de Salvador Dali : l'âne pourri, le piano à queue (Guillaume Tell, 1930 ; Tête de mort atmosphérique sodomisant un piano à queue, 1934), associé au cercueil (Fontaine nécrophilique coulant d'un piano à queue, 1933), La dentellière de Vermeer, les fourmis (Le grand masturbateur, 1929).

On peut tenter de mesurer l'apport de l'un et de l'autre. Dans la première monographie consacrée au cinéaste (1962), Ado Kyrou, surréaliste - Dali était depuis longtemps brouillé avec le groupe -, s'y essaye : « Je suis persuadé que les buts de Buñuel et Dali différaient. Pour le premier, il s'agissait de cerner ce domaine incandescent où le rêve et la réalité se confondent en un magnifique geste de libération, pour le second il s'agissait d'épater le bourgeois. Entre Buñuel et le grand publiciste s'ouvre l'abîme de la sincérité ». Kyrou va même jusqu'à distinguer les séquences superficiellement surréalistes imaginées par Dali et les « réels cris de révolte » de Buñuel.

On aura une autre idée de cette opposition sous la plume de Dali. En 1954, le peintre rédige un projet de film. Il affirme alors combien Buñuel, travaillant seul depuis leurs premières expériences, lui rend « ainsi l'inestimable service de révéler au public à qui revenait le côté génial et à qui le côté primaire d'Un chien andalou ». Une séquence parmi d'autres de ce projet annoncé éclaire ses propres ambitions : « On pourra voir une scène représentant la fontaine Trevi à Rome. Des maisons de la place, les fenêtres s'ouvriront et six rhinocéros tomberont dans l'eau l'un après l'autre. À chaque chute de rhinocéros s'ouvrira un parapluie noir émergeant du fond de la fontaine ». À chacun d'apprécier la pertinence de ce partage des responsabilités. L'important demeure que ce film est le fruit de la rencontre entre deux imaginaires.

Lire l'intégralité de l'analyse

+ d'infos

À lire aussi
La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz
Films | La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz
Après les coups d'éclat avant-gardistes de ses débuts (Un Chien andalou, L'âge d'or), Luis Buñuel a su s'adapter aux exigences de l'industrie cinématographique mexicaine en revenant à des formes plus narratives et conventionnelles, accessibles à un large public. A-t-il renoncé pour autant à sa verve subversive ? Au fil de ses années... Lire la suite

Viridiana
Films | Viridiana
On n'insistera donc pas sur l'historique du film qui marque, après presque trente ans d'absence, le retour en Espagne de Buñuel ; sur le scandale de la Palme d'or à Cannes en 1961 ; sur les clameurs du Vatican et du régime franquiste réunis ; sur son interdiction en Espagne jusqu'après la mort de Franco ; sur les accusations de film... Lire la suite

L'Ange exterminateur
Films | L'Ange exterminateur
Une œuvre totalement surréaliste Des grands bourgeois de Mexico se réunissent pour une réception organisée par Edmundo et Lucia Nobile. Il se livrent, sans entrain, au jeu de massacre habituel des mondains dans un univers proche d'Oscar Wilde. Mais progressivement, les paroles et les actes des personnages semblent ne plus être motivés par... Lire la suite

Simon du désert
Films | Simon du désert
« Nous avons là le maximum de spiritualisme lié au maximum de réalisme », disait Buñuel à propos du film. Ici, la ferveur de la Foi naît du choc des contrastes : la grandiloquence de la colonne s'oppose au dépouillement de Simon, et la grâce de ses prières aux apparitions burlesques et teintées d'humour noir de Satan. Comme dans... Lire la suite

Terre sans pain
Films | Terre sans pain
On avait fini par admettre qu'il soit catalogué comme « surréaliste » et rangé sur le rayon correspondant des archives dédiées aux artistes du XXème siècle. S'est-il agité outre tombe pour faire tomber toute étiquette que l'on voudrait lui apposer, lui qui, comme Herzog, honoré en ce moment au Centre Pompidou, aurait pu clamer « J'ai... Lire la suite

Nazarin
Films | Nazarin
Tourné durant la période mexicaine de Buñuel, Nazarin constitue l'un de ses chefs-d'œuvre. Cette édition en DVD représente donc un événement majeur pour la connaissance de l'œuvre du cinéaste. Nazarin apparaît très proche, par les thèmes abordés et la manière de les mettre en scène, de Los Olvidados. On y trouve le même réalisme... Lire la suite

Un chien andalou
Films | Un chien andalou
Un Chien Andalou est salué par André Breton comme la première œuvre du cinéma surréaliste. Il est aussi le premier court métrage réalisé par Luis Buñuel avec la collaboration, et non des moindres, de Salvador Dali. Le scénario emprunte à l'écriture automatique qui, pour les surréalistes, est le révélateur du fonctionnement réel de... Lire la suite

Luis Buñuel
Portraits | Luis Buñuel
L'Aragon natal (1900-1917)Luis Buñuel naît à Calanda, petit village aragonais. Peu après sa naissance, la famille s'installe à Saragosse, mais Luis retournera régulièrement au village. L'expérience de la brutale réalité aragonaise – paysage de rocs et de terre, caractère rude des habitants – constitue l'un des éléments majeurs de... Lire la suite

Rétrospective Luis Buñuel au Festival Premiers Plans d'Angers
Actualités | Rétrospective Luis Buñuel au Festival Premiers Plans d'Angers
Nous fêtions en 2000 le centenaire de sa mort avec moult événements, et voilà que Buñuel, talentueux et sulfureux réalisateur espagnol, revient sur le devant de la scène avec cette rétrospective angevine qui se prolongera en juin 2009 à la Cinémathèque française.Trente deux, c'est le nombre de films qu'il aura réalisés tout au long... Lire la suite

Rétrospective Luis Buñuel à la Cinémathèque Française
Actualités | Rétrospective Luis Buñuel à la Cinémathèque Française
D'Un Chien Andalou (1929) à Cet obscur objet du désir (1977), le réalisateur espagnol Luis Buñuel nous aura offert 32 films dont quelques chefs-d'œuvre. Son cinéma est marqué par le surréalisme, la subversion, le désir, l'humour, l'anticléricalisme, la critique des valeurs bourgeoises.Cette rétrospective fait suite à celle du Festival... Lire la suite