Actualités

L’association de la semaine du cinéma hispanique de Clermont-Ferrand fête ses 20 ans !

 

Ce vendredi 17 septembre 2021 débutait le célèbre festival de San Sebastián mais aussi la 20e édition du festival du cinéma hispanique de Clermont-Ferrand !
L’association de la semaine du cinéma hispanique de Clermont...

Créée en 2001, l'association de la semaine du cinéma hispanique propose chaque année une semaine dédiée au cinéma espagnol et latino-américain. Si tout au long de l'année l'association propose des soirées spéciales, la semaine du festival est vraiment une semaine attendue dans le paysage clermontois pour les amoureux et amoureuses du 7e art.

Tous les films sont bien évidemment présentés en version originale sous-titrée et c’est le cinéma Le Capitole qui a le plaisir d’accueillir chaleureusement ce festival.

Comme chaque année, Esperanza Muñoz, présidente de l'association, a mis tout son cœur et sa passion pour proposer à son fidèle public une programmation riche et variée. Et le résultat est au rendez-vous puisque ce sont 14 films de 6 nationalités différentes et un ciné-gouter, pour les plus jeunes, que le public clermontois aura la chance de découvrir.

Le festival, qui initialement se déroule chaque année début avril, a été décalé en raison de la crise sanitaire ce qui “n'a pas été simple car il a fallu refaire toute la programmation. Il y a beaucoup de films qu’il n’a finalement pas été possible d’avoir pour septembre car ils ont été vendus à des plateformes ou retirés au niveau des distributeurs français et espagnols.” comme le témoigne Esperanza Muñoz. Mais grâce à sa persévérance et son engagement, ce sont de nombreuses exclusivités avec des films inédits en France ou encore des avant-premières qu’elle peut fièrement offrir aux adhérent.e.s de l’association ainsi qu’au grand public.

En plus des films, l’association propose au public des concerts (flamenco, musique latino...), une conférence, en partenariat avec l'Université de Clermont Auvergne mais aussi des rencontres avec des réalisateurs qui sont proposées avec certaines séances.

Cette année, les réalisateurs présents à Clermont-Ferrand sont l’argentin Pablo Agüero et le péruvien Eduardo Guillot, accompagné de la productrice Jovita Mader. Tout un programme !

La soirée d'ouverture de cette 20e édition s'est ouverte sur une exclusivité : un film espagnol, le premier de la réalisatrice Lucía Alemany, La inocencia : une comédie dramatique qui raconte l'histoire de la construction identitaire d'une adolescente au sein d’un village qui respecte de près les normes et les traditions...

Le public, évidemment présent au rendez-vous, a été conquis par ce film qui, pour la petite anecdote, avait été présenté il y a 1 an jour pour jour au festival international de San Sebastián. Le concert donné juste avant la projection par le duo de l'association Flamenco 63 a également remporté un vif succès. Olé !

 

 

Avt première La Inocencia

 

Pour le reste de la semaine, voici un aperçu des films qui seront dévoilés pour beaucoup en exclusivité ou en avant-première :

Antes de la quema (Espagne, 1h40). Réalisé par Fernando Colomo, cette comédie est présentée en exclusivité.

Quique, un chirigotero au chômage tente de maintenir sa famille à flot lorsqu'un trafiquant local lui demande de l'aider à voler le plus grand dépôt de drogue de toute l'Espagne.

Las niñas (Espagne, 1h30). Réalisé par Pilar Palomero, ce film aux 4 Goyas est présenté en avant-première.

En 1992, Célia est une jeune fille de 11 ans qui étudie dans un collège pour filles dirigé par des bonnes soeurs. Une nouvelle camarade va l'entraîner vers une nouvelle étape de sa vie : l'adolescence.

Tiempo después (Espagne, 1h40). Il s'agit du dernier film du réalisateur espagnol, José-Luis Cuerda (décédé en février 2020), auquel l'association consacre toute une soirée.

En 9177, le monde entier se retrouve réduit à un seul bâtiment officiel dans lequel vit « l’establishment » et des banlieues crasseuses, habitées par tous les chômeurs et affamés du cosmos. Parmi tous ces misérables, José María décide de prouver qu’en faisant face et en vendant une délicieuse limonade de sa fabrication dans le bâtiment officiel, un autre monde est possible.

La lengua de las mariposas (Espagne, 1h30). Pour poursuivre l'hommage à José-Luis Cuerda, l'association propose le magnifique film La langue des papillons, premier film qui avait été projeté par l'association à ses débuts.

Moncho, 8 ans, a peur d'aller à l'école. Pourtant, son maître, Don Gregorio, aux méthodes si peu orthodoxes, va vite faire de l'apprentissage du savoir et de la vie un vrai bonheur. Mais, en cet été 1936, tout se brise. Les principes inculqués seront bannis, et la relation privilégiée entre l'élève et son maître sera vite oubliée.

La projection de ce film sera suivie d'une conférence de Virginie Giuliana, spécialiste universitaire du cinéma, en partenariat avec l'Université Clermont Auvergne et ses étudiant‧e‧s.

Los lobos (Mexique, 1h35). Réalisé par Samuel Kishi, ce film est présenté en avant-première.

Tout juste émigrés du Mexique aux Etats-Unis, deux jeunes frères doivent s'installer dans leur nouvelle patrie. Tandis que leur mère part à la recherche d'un emploi, ils restent seuls dans l'appartement et doivent suivre les 7 règles fixées par celle-ci.

¿Conoces a Tómas? (Mexique, 1h30). Réalisée par María Torres, cette comédie est une exclusivité.

Leo promet à sa petite amie qu'il va se montrer responsable et lui propose de garder son frère Tomás. Mais Leo ne tient pas sa promesse et décide d'emmener Tomás au mariage d'un célèbre producteur, où il doit faire un concert.

Frida, viva la vida (Mexique, 1h30). Avant-première du documentaire de Giovanni Troilo.

Il présente les deux facettes de Frida Kahlo : l'artiste révolutionnaire, pionnière du féminisme contemporain, et l'être humain, victime d'un corps torturé et d'une relation tourmentée.

Le braquage du siècle (Argentine, 1h54). Réalisé par Ariel Winograd, ce film est présenté en exclusivité.

Un groupe de cambrioleurs s'apprête à réaliser un des plus célèbres braquages de l'histoire d'Argentine, celui de la banque Rio qui a inspiré la célèbre série espagnole La casa de papel.

Les sorcières d'Akelarre (Argentine, 1h32). Soirée spéciale avec la présence du réalisateur argentin Pablo Agüero pour ce film aux 9 nominations (dont 5 prix) à la 35e cérémonie des Goyas.

Au Pays basque, en 1609, six jeunes femmes sont arrêtées et accusées d’avoir participé à une cérémonie diabolique, le Sabbat. Quoi qu’elles disent, quoi qu’elles fassent, elles seront considérées comme des sorcières. Il ne leur reste plus qu’à le devenir…

Pour le bicentenaire de l'indépendance du Pérou, l'association propose deux films péruviens :

Juliana (Pérou, 1h34). Réalisé par Alejandro Legaspi et Fernando Espinosa, ce film remasterisé de 1989 est également une exclusivité.

A 13 ans, Juliana fuit le domicile familial où elle est maltraitée. Elle est alors confrontée aux lois de la rue pour survivre et se fait passer pour un garçon pour rejoindre une bande. Ce film témoigne de la réalité de la population marginalisée du Pérou.

La pasión de Javier (Pérou, 1h40). Soirée spéciale, le dimanche 18 septembre avec la présence du réalisateur Eduardo Guillot et de la distributrice du film, Jovita Mader. Ce biopic sera précédé d'un concert de chants d'Amérique Latine, donné par le groupe Afunalhue.

Au début des années 1960, un brillant élève de littérature et poète en herbe, part à la recherche de sa vocation. Sa vie prend une tournure opposée lors de ce voyage qui lui ouvre les yeux et le mène à un destin inattendu.

La araña (Chili, 1h45). Réalisé par Andrés Wood, ce thriller est présenté en exclusivité.

Chili, début des années 70, trois jeunes membres d'un groupuscule d'extrême droite sont déterminés à renverser le gouvernement d'Allende.

We like it like that (USA, Cuba, 1h22). Séance exclusive pour ce documentaire musical réalisé par Mathew Ramírez Warren. Le film est précédé d'un concert du Duo Gypsie Event (musique gitane).

Phénomène musical de la fin des années 60, le Boogaloo naît de la cohabitation des latinos et afro-américains dans les quartiers pauvres de New-York.

Ciné-goûter avec 5 courts métrages pour les enfants à partir de 3 ans.

Retrouvez ici le teaser de cette belle semaine cinématographique.

 

A la fin de la semaine, et comme chaque année, un prix du public sera décerné avec le coup de cœur des spectateurs et spectatrices qui voteront tout au long de la semaine en attribuant une note à chaque film.

On attend donc avec impatience le résultat qui sera donné le vendredi 24 septembre lors de la projection en avant-première du documentaire Frida, viva la vida.

 

Pour plus d'informations sur l'association et le programme de cette semaine, n'hésitez pas à consulter leur site internet : cinehispanique.fr

Agathe Ripoche


Affiche cinéma 1


+ d'infos

À lire aussi
Tiempo después
Films | Tiempo después
Tiempo después est le reflet de nos traits sociaux les plus absurdes à l’image de la graphie originale du titre. Il est écrit par cet homme, l’artiste, l’intellectuel et le troubleur de fêtes. Ecrit et réalisé par notre romantique anarchiste de cinéaste. Tout son univers, ses réflexions, son humour imbibent les photogrammes. On... Lire la suite

Las niñas
Films | Las niñas
Las niñas fait, en premier lieu, le portrait de jeunes filles au seuil de leur puberté. De grandes enfants qui deviennent des jeunes filles de par leur éveil sensoriel, leur curiosité pour l'autre, pour leur propre changement, pour l'identité qu'elles se découvrent, pour leurs découvertes et expériences de leur âge. Pour leur effronterie... Lire la suite

Les sorcières d'Akelarre
Films | Les sorcières d'Akelarre
L’ironie ou le sourire de l’esprit La vraie réussite de ce film traitant d’un sujet aussi pesant et tragique est de parvenir à faire sourire celui que le regarde. Le réalisateur choisit à des moments-clés de pointer sa caméra sur le visage de ses comédiennes. Ces dernières, à l’écoute notamment des stupidités énumérées par... Lire la suite