Portraits

La Carmen Maura, de la connaissance à la reconnaissance

Contrairement aux idées reçues, Carmen Maura n'est pas une actrice labélisée Almodovar. A 64 ans et plus de cent films, l'actrice espagnole a une filmographie pléthorique. Elle a joué avec les plus grands (Carlos Saura, Alex de la Iglesia...) et a incarné de multiples rôles... Carmen Maura est à l'affiche de Tetro, de Francis Ford Coppola, à partir du 23 décembre !
Carmen Maura
Carmen (García) Maura est sans aucun doute l'une des actrices espagnoles les plus douées de sa génération. Dès sa naissance, le 15 septembre 1945 à Madrid, tout dans ses patronymes semblait annoncer l'aura du succès comme le corroborent son homonyme, l'héroïne sévillane de la nouvelle de Prosper Mérimée, et sa prestigieuse ascendance : un arrière-grand-oncle président de la Real Academia Española, une parente, Constancia de la Mora Maura, écrivaine féministe et communiste, cousine de Jorge Semprún. Cependant, malgré les apparences, tout ne fut pas si simple pour cette actrice polyfacétique. Après s'être brouillée avec les siens (la carrière de la femme c'est le mariage !), après avoir divorcé et s'être vu retirer la garde de ses enfants par un mari vengeur, Carmen Maura a fait ses classes dans le théâtre amateur, où elle a su développer un sens aigu de la comédie, qu'elle portait déjà en elle depuis sa plus tendre enfance.

Contrairement aux idées reçues, Carmen Maura n'est pas une actrice labélisée Almodovar, « Ni chica... ni Almodóvar », déclarait-elle dans un récent article du journal El País en date du 22/07/09. Après avoir débuté dans le Septième Art en 1969 dans un film de Carlos Serrano, Las gatas tienen frío, dans un rôle mineur d'une seule réplique, Fernando Colomo, un jeune réalisateur d'alors, lui confie son premier grand rôle dans Tigres de papel (1977), une comédie de la Transition démocratique. Un an plus tard, elle tournera à nouveau pour ce même réalisateur aux côtés de Félix Rotaeta dans un film plus célèbre pour sa chanson au titre éponyme ¿Qué hace una chica como tú en un lugar como éste?, que pour sa renommée.

Dans l'entourage de Colomo figure un jeune homme farfelu et atypique, Pedro Almodovar. Très vite Carmen Maura et lui sympathisent et s'adorent (1978). Ils ne vont plus se quitter et ce sera le début d'une des collaborations les plus fructueuses du cinéma ibérique: Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón (1981), Entre tinieblas (1983), ¿Qué he hecho yo para merecer esto? (1984), film dans lequel elle se fait remarquer pour la première fois. Elle y joue Gloria, une femme de ménage dépressive et courageuse qui se gave d'amphétamines afin d'assumer le quotidien d'une famille pauvre et d'un mari couard. Mais c'est en 1986, dans La ley del deseo aux côtés du regretté Eusebio Poncela, qu'elle crève véritablement l'écran en y interprétant Tina Quintero, une transsexuelle (sujet très osé pour l'époque), époustouflante de sincérité, de sensibilité et surtout de sensualité. Ce long-métrage lui vaudra d'ailleurs des éloges multiples quant à sa prestation de grande qualité et d'une véracité surprenante. La critique américaine sera du reste dithyrambique. Une star venait de naître.

Son sixième long-métrage avec Pedro Almodovar, Mujeres al borde de un ataque de nervios (1987), signera son couronnement. Elle est Pepa Marcos dans un vaudeville à l'américaine revisité à la sauce espagnole de la Movida. Initialement le film devait être une adaptation de La voix humaine de Jean Cocteau. Dans cette « alta comedia », elle fait montre de tout son talent interprétatif en passant par les états les plus divers et signe une superbe performance d'actrice. C'est à l'évidence son film le plus commercial ; il a rapporté de gros bénéfices au box-office, à telle enseigne que les Américains ont voulu réaliser un remake (avec Jane Fonda), perspective abandonnée par la suite. Sa performance d'actrice prend tout son sens lorsqu'on se penche sur l'ambiance détestable du tournage, sous haute tension, en partie due aux répliques assassines du réalisateur manchègue. La rupture sera consommée peu après et les « deux meilleurs ennemis » ne se reparleront plus pendant dix-sept ans.

Entre-temps, Carmen Maura se délivre peu à peu de cette étiquette almodovarienne qui lui colle à la peau. Une nouvelle étape s'amorce. Elle tourne avec le grand réalisateur Carlos Saura une adaptation de la pièce à succès de José Sanchis Sinisterra, ¡Ay Carmela! (1989). Le film a pour cadre la Guerre Civile espagnole et le front d'Aragon au printemps 1938. L'actrice montre une nouvelle facette de sa persona en y incarnant une comédienne ambulante tragi-comique : elle chante, danse, joue, rit, pleure et meurt. Le film est poignant et c'est une réussite notoire saluée par son second Goya (le premier ayant été décerné pour Mujeres...). Son pari est gagné ; dorénavant elle a cessé de n'être qu'une « chica de Almodovar ».

A 64 ans et plus de cent films, Carmen Maura a une filmographie pléthorique. Elle a joué avec les plus grands, elle a incarné la femme libérée, l'amante, la sœur, la mère et la grand-mère, et c'est en partie sur cela que repose sa popularité. Elle est simple et sympathique, elle parle aux gens, qui l'aiment en retour. Elle a su s'imposer avec le temps comme l'une des plus grandes actrices espagnoles, aux côtés de noms illustres tels que Sara Montiel, Lola Flores, Imperio Argentina. Elle a fait montre d'un talent pluriel. Elle incarne l'actrice comme signe culturel de son pays.

Faite Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres par la France en 1996, elle reçoit en 1999 en Espagne, la Médaille d'Or du Mérite des Beaux-Arts ainsi que son troisième Goya pour La Comunidad (Mes chers voisins) en 2000. Primée à Cannes, elle reçoit avec ses compatriotes le prix d'interprétation féminine pour Volver (2006) avant de se voir décerner la Médaille d'Or pour l'ensemble de sa carrière en juillet 2009 par l'Académie du cinéma espagnol. A la veille de la sortie de Tetro, film tourné en Argentine qui décrit la vie d'un immigrant italien (la vie de Coppola lui-même) dans les milieux artistiques et où elle tient le rôle du professeur, mentor de Tetro (elle a d'ailleurs remplacé au pied levé Javier Bardem pour qui le rôle était prévu), nul doute que Carmen Maura a encore de très beaux jours devant elle et qu'elle surprendra encore ses fans de la plus belle heure. ¡Viva la Carmen Maura !

+ d'infos
Filmographie
 
Les femmes du 6e étage de Philippe Le Guay (2011)
Tetro de Francis Ford Coppola (2009)
Volver de Pedro Almodóvar (2006)
Reinas de Manuel Gómez Pereira (2004)
800 balles d'Alex de la Iglesia (2002)
Mes chers voisins d'Alex de la Iglesia (2001)
Clara y Elena de Manuel Iborra (2001)
Le Harem de Mme Osmane de Nadir Moknèche (2000)
Alice et Martin d'André Téchiné (1998)
Le bonheur est dans le pré d'Etienne Chatiliez (1995)
Louis, enfant roi de Roger Planchon (1993)
Sombras en una batalla de Mario Camus (1992)
¡Ay, Carmela! de Carlos Saura (1990)
Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar (1988)
La loi du désir de Pedro Almodóvar (1987)
Tata Mía de José Luis Borau (1986)
Sé infiel y no mires con quién de Fernando Trueba (1985)
Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça? de Pedro Almodóvar (1984)
Dans les ténèbres de Pedro Almodóvar (1983)
Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón de Pedro Almodóvar (1980)
Los ojos vendados de Carlos Saura (1978)
 

À lire aussi
Tetro
Films | Tetro
On attendait le grand retour de Francis Ford Coppola. Après 20 ans sans tourner, c'est presque dans l'indifférence générale qu'est sorti L'homme sans âge (Youth without Youth) il y a deux ans, l'histoire d'un vieil homme qui rajeunit après avoir été frappé par la foudre. Coppola y testait une nouvelle manière de faire du cinéma.... Lire la suite

Volver
Films | Volver
Dans un petit village de la Mancha, des femmes s'appliquent à nettoyer, astiquer les tombes avec énergie, sous un vent qui semble de feu. C'est sur ce plan séquence, aride et légèrement décalé, que s'ouvre le film, d'emblée loin des clichés movida-esques, érotiques et urbains auxquels on a pu être parfois tenté de réduire le cinéma... Lire la suite

Reinas
Films | Reinas
Friand de cinéma espagnol, et de passage à Paris, le prétexte est tout trouvé pour m’enfermer dans l’une des salles obscures de la capitale : une comédie, de bon acteurs (Carmen Maura…) et un bon réalisateur, Manuel Gomez Pereira (qui n’a pas vu Entre les jambes (1999) avec Victoria Avril et Javier Bardem ?). Et évidemment ce film... Lire la suite

Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Dossiers | Volver : Almodovar et les femmes, une histoire d’amour
Almodovar est un cinéaste homosexuel, ce qui n'est pas toujours confortable, car cette étiquette s'accompagne vite de préjugés, pas forcément homophobes au sens propre, mais néanmoins néanmoins et déplacés. Le cinéaste se voit du coup coller un certain nombre d'étiquettes, ambiguës en ce sens qu'elles peuvent être à la fois... Lire la suite

European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Actualités | European Film Awards 2006 : consécration pour Almodovar
Si la cérémonie des Goya ne réussit pas tellement à Almodóvar, il remporte en revanche de nombreuses récompenses lors des grandes messes cinématographiques internationales. On se souvient en 1999 de l'Oscar du meilleur film étranger pour Todo sobre mi madre ou, plus récemment, le prix du scénario et un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Actualités | Volver, Alatriste et le Labyrinthe de Pan favoris des Goya 2007
Les professionnels espagnols de l'industrie cinématographique ont décidé de suivre le public en nominant massivement les trois plus grands succès de cette année: Alatriste de Agustín Díaz Yanes, Volver de Pedro Almodóvar et Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro.Des trois films, seul Alatriste est inconnu du public français. Ce... Lire la suite

Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
Actualités | Goya 2007 : triomphe d'Almodóvar
D'un point de vue purement comptable, Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro sort vainqueur de cette cérémonie avec 7 Goya, mais c'est véritablement Volver de Pedro Almodóvar qui a été consacré en recevant les prix les plus importants: Meilleur réalisateur, Meilleur film, Meilleure actrice (Penélope Cruz), Meilleur second rôle... Lire la suite

Tetro
Vidéos | Tetro
Visionné 2024 fois
Voir la vidéo