Portraits

« Toi, Ángela, tu seras la meilleure actrice du monde. »

Le Festival du Cinéma espagnol de Nantes rend hommage à Ángela Molina et lui laisse carte blanche pour présenter quatre films majeurs de sa carrière.
Angela Molina
Ángela Molina était encore une enfant lorsque Tona Radeli, danseuse de flamenco dans la compagnie de son père, prononça cette sentence, certes prometteuse, mais tout aussi énigmatique. La jeune fille n'y accorda pas la moindre importance. Pourtant, elle est aujourd'hui, avec Ana Belén et Victoria Abril, l'une des actrices les plus prisées du cinéma espagnol.

Née à Madrid le 5 octobre 1955, Ángela Molina est la fille du célèbre chanteur Antonio Molina (Málaga, 1928-Madrid, 1992) et appartient à une fratrie de musiciens et acteurs tout aussi considérés. Très vite, elle s'annonce comme la fille prodige de son père et montre une véritable fascination pour la scène : « A huit ans, je lisais le Quichotte, sans rien y comprendre, j'apprenais le français, et j'avais une maîtresse qui m'orientait dans les lectures. Mais je ne me suis jamais détachée du monde du spectacle. [...] Dans les coulisses, je passais mon temps à fouiller les malles et à me déguiser. Ce que je pouvais m'amuser! L'été, pendant les vacances scolaires, j'accompagnais mon père en tournée ; je préférais ça à la plage » (El País, 20/02/2005).

Au cours de sa formation, Molina côtoie des personnalités telles que la future réalisatrice Pilar Miró (Madrid, 1940-1997) ou les danseurs Karen Taft, Alan Baldini et Valentina Kashuva. Elève de l'École Supérieure d'Art Dramatique de Madrid, elle fait ses débuts comme professeur de danse classique espagnole en France et tourne pour la première fois en 1974, dans No matarás (Tu ne tueras point) de César F. Ardavín. C'est ainsi qu'elle entame une brillante carrière cinématographique. Le film de Luís Buñuel, Cet obscur objet du désir (1977), dans lequel elle joue avec Carole Bouquet et Fernando Rey, lui vaut une reconnaissance internationale et lui ouvre les portes du cinéma européen et latino-américain.

Avec une centaine de films à son actif, Ángela Molina a travaillé pour des cinéastes tels que Jaime Chávarri (Les Choses de l'amour, 1988), Luigi Comencini (Le Grand Embouteillage, 1978), Ridley Scott (1492 : Christophe Colomb, 1992), Pedro Almodovar (En chair et en os, 1997 et Les Étreintes brisées, 2009) ou Bigas Luna (Lola, 1985). Optant toujours pour le cinéma d'auteur, elle a souvent joué dans des films à forte thématique sociale, politique ou historique. C'est le cas par exemple dans Le Cœur de la forêt (1979), Démons dans le jardin (1982) et L'Autre Moitié du ciel (1986), des films de Manuel Gutiérrez Aragón qui proposent un tableau allégorique de l'Espagne franquiste. « Des films, dit-elle, qui ont marqué mon âme et ma façon de travailler ».

Grâce à son « visage de vierge païenne » (Luis Buñuel), à sa manière de jouer, mystérieuse et authentique à la fois, Ángela Molina a été consacrée par de nombreux prix tels que le David de Donatello, accordé par l'Académie italienne en 1986 pour son rôle dans Camorra (Lina Wertmüller), ou la Coquille d'argent décernée à la meilleure actrice au festival de San Sebastián pour L'Autre Moitié du ciel.

Tout au long de cette immense carrière, l'actrice a fait de nombreuses incursions dans le monde de la chanson, du théâtre et de la télévision : elle est connue, notamment, pour son interprétation dans les séries La Commune (2007) et La Bella Otero (La Belle Otero, coproduction hispano-italienne des années 1980).

Marta Martinez Valls


+ d'infos
Filmographie
 
Les Étreintes brisées, de Pedro Almodóvar (2009)
Barberousse, l'empereur de la mort, de Renzo Martinelli (2009)
Un château en Espagne, d'Isabelle Doval (2008)
Le mas des alouettes, de Paolo et Vittorio Taviani (2007)
La sconosciuta, de Giuseppe Tornatore (2006)
Carnages, de Delphine Gleize (2002)
Nowhere, de Luis Sepúlveda (2002)
L'origine du monde, de Jérôme Enrico (2001)
En chair et en os, de Pedro Almodóvar (1997)
1492 : Christophe Colomb, de Ridley Scott (1992)
L'homme qui a perdu son ombre, de Alain Tanner (1991)
Le voleur d'enfants, de Christian de Chalonge (1991)
Les cavaliers de la gloire, de Souheil Ben-Barka et Uchkun Nazarov (1990)
Las cosas del querer, de Jaime Chávarri (1988)
La barbare, de Mireille Darc (1989)
Fuegos, d'Alfredo Arias (1987)
L'Autre moitié du ciel, de Manuel Gutiérrez Aragón (1986)
Camorra, de Lina Wertmüller (1985)
Bras de fer, de Gérard Vergez (1985)
Démons dans le jardin, de Manuel Gutiérrez Aragón (1982)
Les yeux, la bouche, de Marco Bellocchio (1982)
Le cœur de la forêt, de Manuel Gutiérrez Aragón (1979)
Le grand embouteillage, de Luigi Comencini (1978)
Cet obscur objet du désir, de Luis Buñuel (1977)
No matarás, de César F. Ardavín (1974)
 

À lire aussi
Les Borgia
Films | Les Borgia
Avoir choisi d'être élu Pape le 11 août 1492 sous le nom d'Alexandre VI serait de la part de Rodrigo de Borja une sorte de provocation, Alexandre V étant considéré comme un antipape par l'Eglise. Les Borja devraient leur enrichissement au crime (là on peut passer au conditionnel...) : « Offrir la pourpre de cardinal rapportait gros.... Lire la suite

Etreintes brisées
Films | Etreintes brisées
Comme l'évoque le titre, volontairement mis au pluriel, plusieurs histoires se mêlent et s'entremêlent avec fluidité. Dans cet entrelac, Pedro Almodovar se livre à une réflexion sur la création et la destruction, celle des oeuvres que l'on se doit d'achever, même la peur au ventre, même " à l'aveugle", comme le dit Mateo ( Lluis Homar ),... Lire la suite

Manuel Gutiérrez Aragón
Portraits | Manuel Gutiérrez Aragón
Manuel Gutiérrez Aragón est né à Torrelavega (Province Cantabrique, Espagne) en 1942. Il fait des études universitaires de Philosophie et Lettres à Madrid et obtient en 1970 le diplôme de réalisateur de l'École Officielle de Cinématographie de Madrid. Il fait ses débuts en tant que réalisateur avec Habla mudita (1973, Prix de la... Lire la suite

Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Actualités | Les Etreintes brisées : le nouvel Almodóvar
Selon toute vraisemblance, le film devrait être sélectionné au Festival de Cannes, qui se déroulera du 13 au 24 mai. L'annonce de la sélection officielle sera faite le 23 avril prochain. Rappelons qu'Almodóvar est un habitué de la Croisette et que son dernier film, Volver, avait remporté en 2006 un prix collectif d'interprétation... Lire la suite

Festival Cinespaña 2010
Actualités | Festival Cinespaña 2010
Sergi López à TokyoLe célèbre acteur espagnol Sergi López viendra présenter en avant-première Carte des Sons de Tokyo, de la réalisatrice Isabel Coixet. Ce film, présenté en compétition officielle au festival de Cannes 2009, raconte l'histoire improbable d'une relation amoureuse entre une tueuse à gage (Rinko Kikuchi) et sa victime... Lire la suite

Les Borgia
Vidéos | Les Borgia
Visionné 3048 fois
Voir la vidéo