Interviews

Amenabar - Agora

Le transcendantal m'intéresse, il m'intéresse toujours de proposer une réflexion sur notre condition. 
Alejandro Amenábar (Tesis, Ouvre les Yeux, Les Autres, Mar Adentro) reçoit les journalistes dans l'ambiance feutrée de l'hôtel particulier Montmartre. Assis sur un fauteuil en velours, le visage collé à l'unique lampe qui éclaire faiblement le salon, il présente son dernier film, Agora. Ce drame historique, construit autour de la figure d'Hypathie, célèbre astronome et philosophe du IVe siècle, retrace le combat entre la raison et l'intolérance religieuse à Alexandrie.
Alejandro Amenabar sur le tournage d'Agora
Vous avez réalisé un film sur la violence religieuse. J'aimerais savoir de quelle manière les attentats de Madrid vous ont touché et dans quelle mesure ils sont un point de départ du film.

Evidemment, en Espagne nous vivons de très près cette violence terroriste. Quand sont apparues des polémiques sur la question du public du film, j'ai dit qu'un terroriste de l'ETA devrait se sentir plus concerné qu'un chrétien normal, qui ne va pas tuer pour ses idées. Quand on regarde le journal télévisé, on voit des actes terroristes commis par des personnes prêtes à tuer pour leurs idées. Etant donné le contexte dans lequel je vis, c'est une chose que j'ai du mal à accepter. Cependant, je ne crois pas que cela ait été à l'origine du film.

Dans vos films, j'ai l'impression que les personnages principaux ont toujours un double visage: vivants et morts dans Les Autres, beau et défiguré dans Ouvre les yeux... Ici, il s'agit du combat entre le côté tolérant et intolérant qu'il y a en chacun de nous. Pourriez-vous nous parler de cette double identité de vos personnages?

Plus que sur le noir et blanc, j'aime jouer sur les nuances de gris et montrer que les personnages peuvent réagir de différentes manières selon le moment. Concrètement, dans Agora, il s'agit de revendiquer ces personnages qui à un moment de l'Histoire ne sont ni avec les uns ni avec les autres. Parfois, il y a des circonstances politiques qui obligent à affirmer : "Soit tu es avec moi, soit contre moi". La politique des Etats-Unis s'est radicalisée ces dernières années. En Espagne également, elle s'est radicalisée. Cela m'effraie assez parce que je n'aime pas l'idée d'appartenir à un camp. J'aime pouvoir changer d'opinion. Hypathie est une de ces voix du milieu qui finit par mourir écrasée par le radicalisme.

Agora est un film écrit en collaboration avec Mateo Gil (co-scénariste de tous les films d'Amenábar excepté Les Autres). Quelle est votre méthode de travail?

Mateo et moi commençons par nous enthousiasmer, nous passionner ensemble pour un sujet. Dans ce cas, il s'agissait de l'astronomie. Ensuite, nous nous réunissons et faisons un brainstorming pendant plusieurs heures. Quand nous trouvons un angle d'approche vraiment très spécifique, nous commençons à écrire. Nous écrivons tous les deux l'ensemble des séquences, puis nous comparons nos versions et au final c'est moi, en tant que réalisateur, qui tranche.

Quelle était la plus grande difficulté pendant la préparation et le tournage de ce film?

Il était fondamental d'optimiser les ressources. Le budget prévisionnel était de 80 millions d'euros et moi je ne voulais pas renoncer à montrer Alexandrie de la manière la plus réaliste possible. Je devais le faire pour 50 millions d'euros. Nous ne savions pas où économiser ces 30 millions. C'est cela "optimiser", quand tu sais que chaque mauvaise décision que tu prends, c'est de l'argent jeté à la poubelle. Pour moi, à ce niveau de décision, le plus important était d'arriver à ce que les erreurs inévitables que je fais tous les jours soient les plus réduites possible. C'est également ce qu'ont fait tous les chefs d'équipe.

J'ai l'impression qu'il y a toujours un sentiment religieux dans vos films bien qu'ils ne traitent pas frontalement de religion. Pourriez-vous nous parler de votre rapport à la religion?

La religion a à voir avec le transcendantal. Le transcendantal m'intéresse, de même qu'il m'intéresse toujours de proposer une réflexion sur notre condition. Que faisons-nous ici? Où allons-nous? Les réponses proposées par la religion sur laquelle je suis tombé, la Catholique, ne m'ont pas convaincu. Je crois donc que mon chemin consiste à continuer l'exploration. Je suis en train de chercher. Jusqu'ici, ce que j'ai rencontré de plus transcendantal et de plus spirituel a eu lieu lors de ces dernières années de lecture sur l'astronomie.

Pouvez-vous nous parler de l'influence de films comme les grands péplums ou La Dernière tentation du Christ de Martin Scorsese ?

La Dernière tentation du Christ m'a semblé très intéressant, justement pour ce traitement réaliste, hyperréaliste dans certains cas. Nous sommes remontés jusqu'à Ben-Hur, La chute de l'empire romain, Spartacus et également Pharaon, un film polonais qui est fantastique car il atteint un grand niveau de réalisme. Il s'agissait de voir tous ces films puis de les oublier afin d'essayer de vivre réellement un voyage dans le temps. C'est de cette manière que je voyais les choses, comme si on nous avait laissé des caméras et que nous devions décrire une ville d'aujourd'hui, par exemple Paris. J'essayais de m'assurer que j'allais retrouver le maximum de détails pour que les spectateurs se fassent une idée d'Alexandrie à l'époque.

Etant donné que vous abordez la question de la violence religieuse, dans quelle mesure y a-t-il eu censure ou, plus précisément, autocensure?

Plus que de la censure, je ne voulais pas faire un film qui offense les croyants, la question étant déjà très présente dans l'actualité. Comment faire pour ne pas offenser celui qui ne pense pas comme toi? Cependant, je voulais être très fidèle aux faits. Je me souviens avoir eu quelques discussions avec certains acteurs parce le film questionnait la figure de Cyrille par rapport à Hypathie. Mon principal argument était que beaucoup de chroniques sont des chroniques chrétiennes. C'est ainsi que nous savons avec quasi-certitude jusqu'à quel point Cyrille était impliqué dans la mort d'Hypathie. Le film ne le dénonce pas directement mais le signale comme l'instigateur de la mort d'Hypathie. Nous savons qu'elle est morte dans des circonstances dramatiques. C'est un épisode du christianisme très obscur et je crois que cela peut être comparé à la mort de Federico Garcia Lorca comme présage de la guerre civile espagnole. C'est un présage des événements à venir: la persécution massive et l'imposition de la foi.

Justement, avez-vous pensé à la Guerre civile espagnole en écrivant le scénario de ce film?

Oui, c'est une question que Mateo et moi nous sommes posée : "Si nous avions vécu un événement pas si éloigné de nous, tel que la Guerre civile, qu'aurions-nous fait selon le camp dans lequel nous nous serions trouvés ?" Nous aurions été obligés de prendre une mitraillette, de tuer des gens. Je t'aurais tué toi. C'est ce dont je parlais précédemment, ces voix qui sont au milieu, qui cherchent l'entente et sont finalement écrasées par l'hystérie collective. Je voulais en rendre compte dans le film. Quand la voix qui résonne ne se laisse plus entendre parce que les cris l'en empêchent.

Quels points communs voyez-vous dans la génération actuelle de cinéastes espagnols?

Il y a clairement une tendance au fantastique, mais c'est très difficile de trouver un point commun parce que ce qui a caractérisé le cinéma espagnol des dernières années a justement été la diversité. Personnellement, je fais un film d'un genre différent à chaque fois. Il y a le cinéma d'Almodovar, le cinéma social... Par exemple, Fernando Leon de Aranoa fait du cinéma social. Les films fantastiques viennent surtout de Catalogne, de réalisateurs comme Juan Antonio Bayona. Je viens d'ailleurs de produire un film fantastique. Plusieurs autres sont en tournage, alors on peut effectivement dire qu'il y a un véritable courant.

Pour terminer, quelles sont vos influences parmi les réalisateurs espagnols classiques?

Les réalisateurs qui m'ont le plus inspiré sont Spielberg, Hitchcock et Kubrick. Quand j'étais adolescent puis lorsque je suis entré à l'université, ce sont eux qui ont le plus attiré mon attention. Les réalisateurs espagnols qui me plaisent beaucoup sont Luis Buñuel ou encore Luis Garcia Berlanga, qui est beaucoup moins connu à l'étranger. J'aime aussi Almodovar. Mais je ne crois pas que ce soient des réalisateurs qui aient marqué ma manière de m'exprimer cinématographiquement. Par contre, Spielberg est un réalisateur dont j'ai énormément appris, de même que Hitchcock.


À lire aussi
Agora
Films | Agora
LE BESOIN DE CROIRE La plus grande qualité d'Agora est de choisir cette femme comme héroïne, une femme qui a foi en la raison. Hypathie aime la science avec une passion aussi irrationnelle et convaincue que peut l'être la croyance en Dieu. Elle est vouée au savoir comme d'autres sont voués à une divinité. Plutôt que d'opposer une... Lire la suite

Mar adentro
Films | Mar adentro
Mais qui est donc ce réalisateur alien, capable de réaliser Tesis, sommum de l'angoisse, et Mar adentro, drame sublime ? Mar adentro est l'histoire vraie de la vie, ou plutôt de la mort, de Ramón Sampedro, le premier espagnol à avoir demandé au gouvernement la légalisation de l'euthanasie active. Un thème, comme on le voit,... Lire la suite

Alejandro Amenábar
Portraits | Alejandro Amenábar
Né en 1972, Alejandro Amenábar, dont la vocation s'affirme dès l'adolescence, entreprend des études de cinéma à la Faculté des Sciences de l'Information de l'Université Complutense de Madrid au début des années 90. Recalé en réalisation à la session de juin 1994, il passe son été à écrire le scénario de son premier film, Tesis,... Lire la suite

Le cinéma d'Alejandro Amenábar
Actualités | Le cinéma d'Alejandro Amenábar
Le cinéma d'Alejandro Amenábar marque un tournant dans le cinéma espagnol, avec l'éclosion, dans les années 90, d'une nouvelle génération de cinéastes qui se détournent des sujets historiques pour embrasser les thématiques de l'individu dans une société atomisée. A cette rénovation thématique, s'ajoute, dans le cas d'Amenábar, une... Lire la suite

Agora en ouverture de Cinemed
Actualités | Agora en ouverture de Cinemed
Après le festival de Cannes et celui de Toronto, Cinemed est le troisième festival à accueillir Agora, le dernier opus du réalisateur espagnol Alejandro Amenábar (Mar Adentro, Les Autres...). Son film, dont la sortie en France est prévue le 6 janvier 2010, a d'ores et déjà conquis le public espagnol. En seulement trois jours, 827 750... Lire la suite

Cellule 211 et Agora favoris des Goya 2010
Actualités | Cellule 211 et Agora favoris des Goya 2010
Les nominations pour la cérémonie 2010 des Goya ont sans surprise misé sur les grands succès de l'année 2009. Il y a bien sûr le péplum psychologique d'Alejandro Amenabar, Agora, mais aussi le thriller carcéral Celda 211, de Daniel Monzon, que le public français va pouvoir découvrir prochainement.Parmi les challengers, on compte El Baile... Lire la suite

Agora
Vidéos | Agora
Visionné 2504 fois
Voir la vidéo

Agora (extrait 1)
Vidéos | Agora (extrait 1)
Visionné 2756 fois
Voir la vidéo

Agora (extrait 2)
Vidéos | Agora (extrait 2)
Visionné 2408 fois
Voir la vidéo