Films

Affiche Cria cuervos

Cria Cuervos

Un film de Carlos Saura
Avec Géraldine Chaplin, Ana Torrent, Conchita Perez, Juana Mayte Sanchez, Monica Randall.
Drame | Espagne | 1976 | 1h52
Grand Prix du Jury au festival de Cannes en 1976
Sortie en DVD le 21 Novembre 2007
La jeune fille et la mort
Grand Prix du Jury au Festival de Cannes en 1976, Cría Cuervos est l'une des pièces maîtresses de la filmographie de Carlos Saura. Un appel à sortir du cauchemar de 40 ans de dictature alors que, quelques mois plus tard, le Général Franco s'éteignait.

Le cinéma de Carlos Saura, période franquiste, est celui de la dissimulation. Comment mettre en images et dénoncer les affres de la dictature sans subir le joug de la censure ? Comment se construire des espaces de liberté dans un univers étriqué et univoque ? Telles sont les questions que le réalisateur s'est posées depuis son premier film en 1959, Los Golfos, jusqu'en 1975, date où il réalise Cría Cuervos, qui boucle le cycle franquiste du metteur en scène. « Les conditions particulières de notre pays, dit-il, les difficultés quasi insurmontables de dire les choses directement (...) m'ont obligé à chercher d'autres systèmes narratifs plus indirects ». Un cinéma de la métaphore ou de l'hyperbole que Cría Cuervos illustre parfaitement.

Ana nous fait partager, vingt ans plus tard, les souvenirs de son enfance, et plus précisément ceux de l'été 1975. L'histoire est donc faite de flash-backs et la narration n'est pas linéaire, les associations d'idées nous faisant naviguer de façon aléatoire dans la mémoire d'Ana. Le montage est à ce titre essentiel pour juxtaposer des situations proches qui par « collage » font sens.

Ana nous dit qu'elle « ne comprend pas que l'on dise que l'enfance est une période heureuse ». En tous les cas, elle ne l'a pas été pour elle. Il est vrai que les situations auxquelles elle a été confrontée et les stratégies qu'elle a mises en place pour s'en protéger ont de quoi troubler. Il y a tout d'abord la mort de sa mère (d'un cancer...) qu’Ana attribue à son père Anselmo. Il y a aussi, quelques mois ou quelques années plus tard, la mort du père, au lit dans les bras de sa maîtresse Amelia, dont elle est le témoin. Ana pense même que c'est elle qui a tué son père en administrant dans son verre de lait un produit qu'elle croit mortel (du bicarbonate de soude...).

Cette pulsion mortifère apparaît ici comme un acte de rébellion face à un environnement autoritaire et autarcique. Un acte de « résistance » qui prend encore plus de sens quand on sait qu'Anselmo est un militaire haut gradé du régime. Ana poursuivra cette posture « d'opposition » lorsque sa tante Paulina viendra s'occuper d'elle, de ses deux soeurs et de la grand-mère dans la maison familiale. Une tante stricte mais aimante que la jeune fille rejette. La fameuse chanson de Jeannette Porque te vas, qu’elle écoute en boucle, donne le ton à la mélancolie de cette fillette qui vit dans le souvenir chéri de sa mère.

D'un point de vue esthétique, l'image est d'une froideur quasi clinique, ce qui relève l'état d'aliénation dans lequel se trouve Ana. L’absence de musique de fond accompagnant le film accentue cette idée d’isolement. A noter, les très bonnes interprétations de Géraldine Chaplin (mère d'Ana et Ana vingt ans plus tard) et d'Ana Torrent (Ana).

Ce qui frappe dans ce film, c'est l'état de pourrissement des relations sociales, qui ne sont maintenues que par les apparences. Carlos Saura attaque l'hypocrisie des conventions du régime. L'institution du mariage n'est qu'une chimère qui vole en éclats lorsque le désir se fait pressant (Anselmo-Amelia et Paulina-Nicolás). Le modèle patriarcal est présenté comme un lieu d'enfermement dans lequel sont jetées et enchaînées les femmes. L'homme, lorsqu'il est présent, est tyrannique, violent, obsédé. Carlos Saura exprime à travers cette histoire l'état de déliquescence d'un régime qu'il jugeait déjà « mort avant la mort de Franco ».

Thomas Tertois


+ d'infos

À lire aussi
Tango
Films | Tango
Carlos Saura a déjà réalisé cinq films consacrés à la musique et à la danse (Noces de sang, 1981, Carmen, 1983, L’Amour sorcier, 1986, Sevillanas, 1991, et Flamenco, 1995), lorsqu’il répond favorablement à la proposition du producteur argentin Juan Carlos Codazzi de réaliser un film sur le tango. Pour cette première incursion dans... Lire la suite

Don Giovanni, naissance d'un opéra
Films | Don Giovanni, naissance d'un opéra
Vous avez vu ce film ? Proposez votre critique en nous envoyant un message !

Lire la suite

Fados
Films | Fados
Note d'intention du réalisateur J'ai découvert le Fado dans les films tournés au Portugal avec Amália Rodrigues. Ses chansons, tout comme celles d'Imperio Argentina et les tangos de Carlos Gardel, ont marqué mon enfance de l'après-guerre. Durant ces années d'éveil, ces sons et ces images se sont gravés à jamais dans ma mémoire. Le Fado... Lire la suite

Carlos Saura - Don Giovanni, naissance d'un opéra
Interviews | Carlos Saura - Don Giovanni, naissance d'un opéra
Paul Douglas Grant (Films International): Avec votre dernier film, Io, don Giovanni (Moi, Don Juan), on est loin de Deprisa, deprisa ou de Cría Cuervos, sauf peut-être au niveau de l'importance de la musique. Quel fil conducteur voyez-vous dans cette trajectoire?Je ne sais pas... Je déteste faire ma propre psychanalyse. Peut-être qu'il y a... Lire la suite

Saura et la danse
Interviews | Saura et la danse
Fados est votre huitième film chorégraphique et musical. D'où vous vient cet intérêt pour la danse ?Je crois que cette passion est née lorsque j'étais photographe au Festival International de Musique et de Danse de Grenade. J'étais surtout fasciné par les répétitions, l'engagement incroyable des danseurs et leur ténacité. Cette... Lire la suite

Carlos Saura et la censure
Interviews | Carlos Saura et la censure
Jusqu'à la mort de Franco, vous avez cherché des formes intermédiaires pour dire ce qu'il n'était pas possible d'évoquer frontalement. Pouvez-vous nous rappeler cette période où vous cherchiez à contourner la censure ? Si vous regardez bien, la censure a toujours existé en Espagne sous une forme ou sous une autre. Même durant le Siècle... Lire la suite

Cinéma espagnol et fantasmes enfantins
Dossiers | Cinéma espagnol et fantasmes enfantins
Fantasme : "production de l'imagination par laquelle le moi cherche à échapper à l'emprise de la réalité" (Petit Robert).A titre d'exemple on peut considérer trois cas, à différentes époques, de fantasmes enfantins célèbres dans le cinéma espagnol.1954, Marcelino, pan y vino de Ladislao Vajda. Ce petit garçon abandonné à la porte... Lire la suite

Tango
Vidéos | Tango
Visionné 1650 fois
Voir la vidéo

Don Giovanni, naissance d'un opéra

Flamenco, flamenco

Carlos Saura - Flamenco, flamenco
Interviews | Carlos Saura - Flamenco, flamenco
A la différence, par exemple, de Tango, Flamenco Flamenco s’appuie sur une histoire de fiction, pourquoi ce choix ?

C’était un parti pris depuis le début : introduire devant la caméra autre chose que la beauté de la musique et de la danse m’aurait paru une trahison à la pureté de cet art ! Lire la suite