Interviews

Carlos Saura - Flamenco, flamenco

Un voyage au cœur de la vie du flamenco. 
Interview de Carlos Saura, qui explique ses partis pris et la mise en scène de son film musical Flamenco, Flamenco. Le réalisateur s'émerveille de la richesse du flamenco chanté et dansé ainsi que de l'arrivée de jeunes talents comme Farruquito, qui joue dans son film.
Carlos Saura
A la différence, par exemple, de Tango, Flamenco Flamenco s’appuie sur une histoire de fiction, pourquoi ce choix ?

C’était un parti pris depuis le début : introduire devant la caméra autre chose que la beauté de la musique et de la danse m’aurait paru une trahison à la pureté de cet art !

Sur quoi vous êtes-vous alors appuyé pour construire le scénario ?

Nous avons utilisé avec Isidro Muñoz deux éléments narratifs originaux : un voyage au coeur de la vie du flamenco, et la lumière. On parcourt à travers la musique le cycle de la vie d’un homme : on commence par la naissance (nana flamenca), dans la lumière puissante de l’après-midi ; l’enfance (les influences andalouse et pakistanaise des origines), dans les tons jaunes des soleils couchants ; l’adolescence, dans la lumière du crépuscule et avec les palos (Note : genre de flamenco), les tons les plus vifs et solides. Et progressivement, nous entrons dans l’âge adulte (le chant sérieux), dans les bleus intenses, les indigos, les violets. La zone de la “mort” (j’entends par là un espace de sérieux, d’inviolabilité et de recueillement) est pratiquement en noir et blanc, tirant vers le vert de l’espérance, qui nous guide vers une nouvelle renaissance basée sur les propositions d’avenir que les jeunes interprètes nous proposent. Ces éléments narratifs sont la base du scénario musical et, bien qu’ils ne seront probablement pas perçus directement par le spectateur, je suis sûr qu’ils l’imprègneront et l’aideront à évoluer dans le parcours musical que nous voulons lui offrir.

Quel artiste, parmi ceux que l’on voit dans le film, vous a le plus impressionné ?

Farruquito, en particulier, parce que je ne le connaissais pas et j’ai vu qu’il faisait ce qu’il voulait, son style m’a paru exceptionnel. Mais tous les artistes du film m’ont plu. Au chant, José Mercé est une merveille, c’est la référence, il marquera l’histoire du flamenco. Israel Galván aussi a été une grande surprise pour moi, je ne le connaissais pas non plus.

Vous avez laissé les artistes improviser ?

Dans la limite du temps imparti, et du thème assigné, ils ont eu une liberté totale. Concernant la danse, les performances en groupe sont extrêmement préparées, mais quand les danseurs sont seuls, ils improvisent. Je suis moi-même parfois surpris en les filmant, je dois faire de grands changements de caméra car les mouvements sont surprenants. Dans le cas de Farruquito, je crois qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il allait faire, mais il en est sorti quelque chose de merveilleux.

Quelle différence y a-t-il entre votre premier film Flamenco, tourné en 1995, et ce Flamenco Flamenco ?

La différence, c’est l’évolution très intéressante depuis 15 ans, surtout dans la danse. Les temps ont changé et les danseurs se sont libérés de leur carcan. Farruquito ou Rocío Molina, pour ne parler que d’eux, font actuellement preuve d’une grande liberté et intègrent de nouveaux pas, plus proches de la danse contemporaine. Israel Galván est l’exemple le plus flagrant : il intègre des danses japonaises et orientales, du nord de l’Inde. Tout cela est très intéressant.

Comment vous est venue cette idée de mise en scène si théâtrale, ces tableaux de peintres andalous ?

Cette idée de mise en scène était déjà présente d’une certaine manière dans Don Giovanni et Goya. Nous l’avons adaptée à chacun des palos, parfois de jour, parfois de nuit, et nous avons décidé de terminer avec une buleria, qui est une espèce de bouquet final de l’ensemble du flamenco.

Pourquoi pensez-vous qu’il y ait tant de méfiance vis-à-vis de la fusion, dans le flamenco ?

La fusion est un concept assez largement rejeté, mais je pense que le flamenco vient précisément du mélange des genres. Le flamenco est un miracle qui a beaucoup de parents. Il se passe la même chose avec le jazz. Arrivent deux noirs, deux blancs et deux métis, et c’est parti. Et que dire des sevillanas ?! Tout cela vient de beaucoup de choses, des manchegas, des jotas (Note : danses traditionnelles espagnoles). J’aimerais beaucoup faire une enquête sur le flamenco pratiqué en dehors des villes, surtout en ce qui concerne la danse, qui évolue plus que tout.

La majorité des gens identifie flamenco et monde gitan, comme si c’était la même chose. La réalité est-elle aussi simple ?

Il est évident que les gitans ont une grande influence mais il y a dans le flamenco de nombreuses choses qui ne font à la base pas partie de la culture gitane et que ceux-ci se sont appropriées. J’ai vu en Roumanie ou en Hongrie des gitans chanter et danser, et cela n’avait rien à voir avec ce qui se fait ici. Ils n’ont pas suivi l’histoire du flamenco telle qu’on la connaît.

Les films Flamenco ou Sevillanas vous satisfont-ils plus que vos films de fiction ?

C’est complètement différent. Ce qui est certain, c’est qu’avec ce type de films, je travaille moins et les autres travaillent plus (Rires). Je ne peux pas corriger ces artistes ou leur dire qu’ils font mal telle ou telle chose, qu’ils pourraient faire mieux telle autre, parce que je n’en ai pas la capacité et parce que ce sont les meilleurs artistes au monde dans leur catégorie. En revanche, si j’écris le scénario et dirige la mise en scène, je suis obligé d’intervenir, en disant à l’acteur comment jouer une scène que j’ai imaginée, et cela demande bien entendu plus de travail.
Extraits de l'interview proposé dans le dossier de presse du film.

+ d'infos
Lien web
 

À lire aussi
Tango
Films | Tango
Carlos Saura a déjà réalisé cinq films consacrés à la musique et à la danse (Noces de sang, 1981, Carmen, 1983, L’Amour sorcier, 1986, Sevillanas, 1991, et Flamenco, 1995), lorsqu’il répond favorablement à la proposition du producteur argentin Juan Carlos Codazzi de réaliser un film sur le tango. Pour cette première incursion dans... Lire la suite

Don Giovanni, naissance d'un opéra
Films | Don Giovanni, naissance d'un opéra
Vous avez vu ce film ? Proposez votre critique en nous envoyant un message !

Lire la suite

Fados
Films | Fados
Note d'intention du réalisateur J'ai découvert le Fado dans les films tournés au Portugal avec Amália Rodrigues. Ses chansons, tout comme celles d'Imperio Argentina et les tangos de Carlos Gardel, ont marqué mon enfance de l'après-guerre. Durant ces années d'éveil, ces sons et ces images se sont gravés à jamais dans ma mémoire. Le Fado... Lire la suite

Carlos Saura - Don Giovanni, naissance d'un opéra
Interviews | Carlos Saura - Don Giovanni, naissance d'un opéra
Paul Douglas Grant (Films International): Avec votre dernier film, Io, don Giovanni (Moi, Don Juan), on est loin de Deprisa, deprisa ou de Cría Cuervos, sauf peut-être au niveau de l'importance de la musique. Quel fil conducteur voyez-vous dans cette trajectoire?Je ne sais pas... Je déteste faire ma propre psychanalyse. Peut-être qu'il y a... Lire la suite

Saura et la danse
Interviews | Saura et la danse
Fados est votre huitième film chorégraphique et musical. D'où vous vient cet intérêt pour la danse ?Je crois que cette passion est née lorsque j'étais photographe au Festival International de Musique et de Danse de Grenade. J'étais surtout fasciné par les répétitions, l'engagement incroyable des danseurs et leur ténacité. Cette... Lire la suite

Tango
Vidéos | Tango
Visionné 1508 fois
Voir la vidéo

Don Giovanni, naissance d'un opéra

Flamenco, flamenco