Films

Affiche La Soledad

La Soledad

Un film de Jaime Rosales
Avec Petra Martinez, Paloma Mozo, Nuria Mencia, Miriam Correa, María Bazán
Drame | Espagne | 2007 | 2h13
Sortie en DVD le 04 Mars 2009
La Soledad, une perle espagnole
Les douleurs les plus grandes sont souvent muettes : la preuve avec ce film puissant et maîtrisé.
C'est l'histoire de deux femmes qui a priori n'ont rien en commun. Il y a d'abord Adela (Sonia Almarcha), jeune femme dans la trentaine, mère célibataire (qui à l'occasion se dispute avec son ex), plongée dans une certaine routine. Décidée à bouger, évoluer, elle part avec son petit enfant à Madrid où elle trouve une collocation avec deux jeunes gens tout à fait sympathiques.
Il y a ensuite Antonia (Petra Martinez), une femme vieillissante, mère de trois filles (dont l'une est la colocataire d'Adela) qui a refait sa vie avec un autre homme suite au décès de son mari. Antonia est propriétaire d'une petite supérette et se contente des plaisirs simples de la vie. Toujours présente pour ses enfants, elle veille une de ses filles, qui est malade et va à l'hôpital, et fait tout pour que ses relations familiales restent les plus saines possibles. Nous suivons le quotidien de ces deux femmes de tous les jours, dans leurs gestes les plus simples. Et petit à petit vient s'instaurer La Soledad (la solitude). Ne vous fiez pas aux apparences, derrière le calme et le soleil apparents se préparent de terribles drames...

La Soledad parle des choses simples de la vie et parvient à les magnifier à l'aide d'une réalisation aussi originale que maîtrisée. Le réalisateur Jaime Rosales s'obstine à filmer à travers des portes, des fenêtres, des couloirs. Comme si le spectateur était toujours quelque part tenu à distance des protagonistes, observant leur solitude et incapable de les rejoindre. Sur l'écran aussi on remarque des tas de barrières, sous toutes les formes. Murs, cloisons, balançoire, barre de bus... Autant d'éléments qui séparent les deux femmes du reste du monde. Enfin, de temps à autre l'écran se scinde réellement en deux par le biais d'un split screen très élégant, nous permettant de découvrir plusieurs personnages, actions dans le même temps, ou simplement admirer le décor. Les audaces formelles ne manquent donc pas à ce long-métrage faussement tranquille qui instaure un lien tout particulier entre le spectateur et ses deux héroïnes.

Pendant une heure, on se laisse aller. On admire le sens des plans, du cadrage, on profite du très bon travail sur le son, on pénètre petit à petit dans les univers si familiers d'Adela et Antonia. Et soudain, on comprend. Des chamboulements importants arrivent dans leur vie et cela va tout changer. Si pour Adela le malheur viendra par le plus triste des hasards, pour Antonia l'enfer viendra de petites choses a priori insignifiantes mais qui vont prendre des proportions monstrueuses. Alors qu'on est en train de rêvasser sur son fauteuil, c'est ainsi qu'un bus explose, qu'un enfant meurt, qu'une vie s'arrête. Et jamais le réalisateur ne soulignera la moindre émotion. Il retrouvera la mère désespérée des semaines après le drame. Cette pudeur, mêlée tout de même à une infinie sensibilité, fait mouche. Pour ce qui est d'Antonia, ce qui va la ruiner et la plonger en plein enfer n'est autre qu'une infâme histoire d'argent. Et c'est bien connu, les histoires de sous, il n'y a rien de pire pour briser les liens familiaux. Une de ses filles va lui demander de l'aide pour s'acheter un appartement secondaire pour ses vacances. Cette demande va semer la zizanie entre les soeurs et pousser Antonia à quitter son appartement de toujours pour vivre avec son nouveau compagnon. Une vie qui ne lui conviendra pas vraiment, loin de toute attache et souvenirs. Solitude, tristesse contenue et infinie...

Douleurs muettes mais évidentes dans un film aussi cruel que subtil. La Soledad est un véritable choc, une triste peinture de l'humanité. Les liens de toutes sortes (amicaux, amoureux, familiaux) y éclatent ou demeurent simplement impossibles. Malgré une longueur certes conséquente, le film touche droit au coeur et dispose de cette force qui vous amène à y repenser longtemps après l'avoir vu. C'est dur, mais c'est beau.

Suppléments DVD
La question de la polyvision - écran séparé en deux images distinctes – est un élément central des trois suppléments : scènes coupées, entretien avec le réalisateur, entretien avec l'équipe. Cet exercice de style vient interroger les notions d'espace et de temps dans la narration, il modifie aussi le jeu du champ-contrechamp tout comme celui du hors-champ. Pour Jaime Rosales, le recours à la polyvision ne peut être gratuit, certaines conditions doivent être réunies. Il faut en premier lieu que ce procédé transmette une émotion particulière, une émotion qui n'existerait pas sans lui. Il faut également qu'il y ait une certaine distanciation vis-à-vis du sujet, que les émotions transmises ne prennent pas en otage le spectateur mais que ce dernier puisse conserver une grande liberté de penser. Troisième point, cette technique ne doit pas être un artifice mais doit ajouter un élément à l'expressivité du film. Des critères emprunts d'une certaine subjectivité, mais qui dévoilent les réflexions d'un réalisateur qui pense le cinéma comme un outil de connaissance plutôt que comme un divertissement. Jaime Rosales va même plus loin en faisant de l'art et du cinéma un puits de connaissance de l'humain plus riche et plus profond encore que la recherche en sciences sociales.

+ d'infos
Voir ce film
 

À lire aussi
Un Tir dans la tête
Films | Un Tir dans la tête
Vous avez vu ce film ? Proposez-nous votre critique en nous envoyant un message. Lire la suite

Jaime Rosales - Un Tir dans la tête
Interviews | Jaime Rosales - Un Tir dans la tête
Dans vos films, vous utilisez des dispositifs cinématographiques originaux, comme la polivision dans La Soledad ou le téléobjectif dans Un tir dans la tête. Dans quels buts? Lorsqu'on fait du cinéma, trois choix sont possibles: le premier est celui de la tradition, suivre ce qui a déjà été fait, ce qui implique souvent de dire ce qui a... Lire la suite

Jaime Rosales - La Soledad
Interviews | Jaime Rosales - La Soledad
On pourrait dire que tes films sont froids, mais au contraire, ils établissent une tension subtile, de chaque seconde... Travailler sur la narration en termes de temps et d'espace t'est-il fondamental?Tout d'abord, j'aimerais souligner que, d'après moi, chaque spectateur ressent et perçoit un film selon sa propre sensibilité. Ceci vaut pour... Lire la suite

Y a-t-il des épines au Rosales ?
Dossiers | Y a-t-il des épines au Rosales ?
Fernando Savater, philosophe et de surcroît basque, donc particulièrement concerné par Tiro en la cabeza, illustre ce mécontentement : « Ça ne s'était jamais fait avant et j'espère qu'on ne le refera jamais... une torture pour tous... Pourquoi dans ces films qui se veulent le reflet de la réalité quotidienne, personne, jamais,... Lire la suite

Goya 2008 : La Soledad crée la surprise
Actualités | Goya 2008 : La Soledad crée la surprise
Tout semblait joué d'avance lors de cette 22ème cérémonie des Goya récompensant le meilleur du cinéma espagnol. L'Orphelinat (à l'écran le 5 mars en France), fort de ses quatre millions d'entrées et du soutien de Guillermo del Toro (Le labyrinthe de Pan), était l'archi-favori de cette remise des prix. Des outsiders comme Las Trece rosas... Lire la suite

Espagnolas en Paris, c'est reparti !
Actualités | Espagnolas en Paris, c'est reparti !
Tiro en la Cabeza est tiré d'un fait réel. Le 2 décembre dernier, Jaime Rosales lit dans le journal une nouvelle qui l'assomme. La veille, trois membres de l'ETA ont tué deux policiers espagnols après une rencontre accidentelle dans un bar de Capbreton en France. C'est l'aspect fortuit, le hasard de cette rencontre malheureuse et terrible,... Lire la suite