Actualités

Festival Cinespaña Toulouse 2017

Le festival Cinespaña change cette année de programmateur, mais conserve une formule qui fonctionne à merveille. Patrick Bernabé laisse sa place à Alba Paz Roig et Loïc Diaz Ronda. Le tandem a travaillé bien évidemment en étroite collaboration avec la présidente, Françoise Palmerio-Vielmas. Tous les deux connaissent bien le festival, collaborateurs de longue date et ils ont concocté une excellente programmation, assortie de nombreuses surprises.  

Festival Cinespaña Toulouse 2017

Une formule gagnante donc, une fois de plus, pour Toulouse : un lieu emblématique et central, la cinémathèque de Toulouse, cœur du festival, avec ses rencontres, ses apéros-concerts et ses nombreux invités que l'on peut croiser et avec qui bavarder. Ce sont également de nombreux autres endroits toulousains et une délocalisation en région, idée géniale, pour certaines séances !

Côté jurys, ce sont 5 catégories (fiction, documentaire, courts-métrages, jury étudiant et Prix du public), 7 longs-métrages, 6 documentaires, plus de 15 courts-métrages répartis en trois programmes.

 

Deux nouvelles sections

Le labo va présenter du cinéma de genre, de l'animation, des détournements et des expérimentations et rend notamment hommage à María Cañas, présente le vendredi 6 octobre à la séance monographique du cinéma le Cratère.

Miradas, présentée comme un espace de réflexion sur les enjeux de la société espagnole contemporaine, propose 3 soirées en double programme avec intervenants et invités. Elle est l'oeuvre du précedent programmateur, Patrick Bernabé.

 

Ciné Quinqui et Nueva ola catalana

La semaine sera également rythmée par deux cycles très intéressants autour du cinéma Quinqui et la nouvelle ''vague'' catalane. Le cinéma quinqui, né à la fin des années 70 a pour cadre les banlieues et dépeint, autour de jeunes en marge ou rejeté de la société de la transition démocratique, un climat d'urgence sociale. Sur fond de drogues, d'insécurité, de chômage. Accompagné d'une conférence par la critique d'art espagnole Mery Cuesta et d'une exposition ''Quinquilla, la capilla'' à l'ESAV. 10 films à savourer, dont 7 inédits et 3 classiques !

Le cycle ''la nueva ola catalana'' laisse carte blanche au festival d'A (Festival de cinema d'auteur de Barcelone, créé il y a 7 ans et devenu une plateforme de référence du cinéma d'auteur indépendant). 6 longs métrages sont présentés, tournés par des trentenaires, qui renouvellent le cinéma catalan à partir de sujets en apparence légers. Citons notamment Carla Simón, qui avec Estiu 93 connait un grand succès dans de nombreux festivals européens et internationaux.

 

Deux rencontres particulièrement attendues

Álex Brendemühl, l'un des acteurs phare de la nouvelle génération espagnole sera présent en fin de festival pour converser avec le public sur l'ensemble de sa carrière à la cinémathèque. Ayant débuté au théâtre et à la télévision, il a tourné plus de quarante films et a tourné également hors de la péninsule ibérique, en France et en Allemagne.

Rosa Montero, romancière et journaliste madrilène, est une figure incontournable du journal El País mais également une écrivaine à succès depuis son premier roman Te trataré como a una reina. Elle sera présente à l'institut Cervantes autour de la projection de La hija del caníbal, d'Antonio Serrano, adaptation éponyme d'un de ses romans.

 

Le festival Cinespaña, 10 jours de réjouissances autour du cinéma espagnol, mais aussi d'expositions, d'apéros-concerts chaque soir. Le mieux est de le vivre et de se rendre de ce pas dans les nombreux lieux de cette belle manifestation.

Merci à tous ceux qui font vivre Toulouse et ses environs, chaque année, à l'heure espagnole !

Le programme détaillé, c'est par  !!!

Les rédacteurs


À lire aussi
Le cinéma « quinqui » d'Eloy de la Iglesia
Dossiers | Le cinéma « quinqui » d'Eloy de la Iglesia
Le cinéma « quinqui », qui connut ses heures de gloire en Espagne dès la disparition de la censure à la fin des années 70 et dont le succès en salles ne s'essouffla qu'au milieu des années 80, trouva chez Eloy de la Iglesia une résonance tout à fait inédite, voire transgressive. Bon nombre de cinéastes espagnols se frottèrent au genre... Lire la suite