Films espagnols

image

Aquellos jóvenes

Un documentaire de Ferrán Andrés
Avec Jaume García, Les jeunes de Canyelles
Documentaire | Espagne | 2012 | 30min
Aquellos jóvenes, le futur des jeunes du quartier
Trente ans plus tard, le jeune réalisateur Ferrán Andrés retrouve les protagonistes du documentaire Los jóvenes del Barrio, tourné en 1982 par le collectif Video-Nou dans un quartier populaire et rongé par la misère de Barcelone, Canyelles.
Comme dans le documentaire à partir duquel il s'est construit, Ferrán Andréschoisit d'adopter le point de vue de l'intime, la vision de l'intérieur d'un phénomène sociologique qui toucha l'Espagne à la fin des années 70 et dans les années 80 et que le cinéma national s'appropriera pour en faire un imaginaire que nous connaissons sous le nom de Quinqui, notamment Deprisa Deprisa de Carlos Saura sorti en 1980, une référence du genre.

Ici, point de fiction mais la réalité et le quotidien de ces jeunes marginalisés dont le seul horizon semble se limiter aux barres d'immeubles et aux terrains vagues qui forment leur quartier, sorte de prison à ciel ouvert où ils sont livrés à eux-mêmes, victimes du chômage qui engendre fatalement la délinquance et la consommation de drogues (trois phénomènes montrés comme liés en un cercle vicieux dont il paraît difficile de sortir). Une génération perdue et reléguée dans des banlieues à l'extérieur des grandes villes, symboles de modernité et d'accès au progrès qui leur sont refusés. En somme un portrait noir qui malgré des moments de joie et de partage laisse peu d'espoir.

L'espoir justement, c'est peut-être ce que veut nous donner à voir Ferrán Andrés en retrouvant et en réunissant 30 ans plus tard ces enfants et ces jeunes maintenant devenus adultes. En filmant leurs réactions face aux images de leur jeunesse, il nous offre également un nouveau regard sur la génération Quinqui. Car même s'ils apparaissent comme des survivants, ce sont des hommes et des femmes qui ont eu la volonté de s'en sortir, de quitter le cercle de la délinquance et de la drogue, du désœuvrement dans lesquels les enserrait fatalement leur quartier.

Le regard qu'ils portent sur les enfants qu'ils ont été, à la fois insouciants et étrangement réalistes face aux problèmes auxquels ils devaient faire face, et l'expression de leur attachement au quartier dans lequel ils ont grandi nous fait repenser la manière dont ils occupaient cet espace et ce qu'a représenté dans leur vie un moment particulier de la situation sociale et économique de l'Espagne. La portée politique que pouvait avoir le documentaire Los jóvenes del Barrio au moment où il fut tourné n'est pas totalement effacée et ce retour en arrière n'est sûrement pas anodin à l'heure où l'on parle de plus en plus du chômage des jeunes en Espagne et dans toute l' Europe mais le phénomène sociologique est traité dans sa dimension personnelle et intime.

Sophie Almonacil


+ d'infos

À lire aussi
Le cinéma « quinqui » d'Eloy de la Iglesia
Dossiers | Le cinéma « quinqui » d'Eloy de la Iglesia
Le cinéma « quinqui », qui connut ses heures de gloire en Espagne dès la disparition de la censure à la fin des années 70 et dont le succès en salles ne s'essouffla qu'au milieu des années 80, trouva chez Eloy de la Iglesia une résonance tout à fait inédite, voire transgressive. Bon nombre de cinéastes espagnols se frottèrent au genre... Lire la suite