Actualités

Anna et les loups : L’oppression et l’immobilisme du franquisme selon Carlos Saura

Sortie en DVD le 16 Janvier 2016
Anna et les loups a été le film qui a révélé Carlos Saura en France, dont la reconnaissance dans notre pays ne s’est jamais estompée par la suite. Après plusieurs films traitant de l’agonie du franquisme et du couple (La chasse en 1965 ou Le jardin des délices en 1970), le réalisateur continue sa collaboration avec le producteur Elías Querejeta et livre une œuvre hautement allégorique sur l’oppression du peuple espagnol à la fin du franquisme.
Anna et les loups, image
Anna, interprétée par Géraldine Chaplin (alors femme du réalisateur), est une gouvernante étrangère venue dans la Castille pour s’occuper de trois jeunes filles. L’isolement de la demeure ainsi que le comportement de ses employeurs ne font que confirmer que la famille cache quelque chose. Rapidement, des tensions s’installent dans la maison, et Anna se retrouve malgré elle au milieu d’une famille conflictuelle. Les trois frères surtout, José, Juan et Fernando, bien plus âgés qu’Anna, se montrent particulièrement entreprenants et machistes envers elle. Hormis Fernando qui vit reclus dans une grotte en contrebas de la maison, dans un état de mysticisme permanent, les deux autres frères n’en finissent pas d’harceler la jeune femme, par les mots comme par les gestes.

Carlos Saura retranscrit une ambiance oppressante avec justesse. La caméra au plus proche de la jeune femme renvoie l’image de l’innocence et en même temps de la séduction, comme lorsqu’elle marche silencieusement cheveux au vent. La place du hors champs devient centrale, tant on imagine les frères en train de l’épier. La tournure allégorique chère à Saura trouve ici son expression la plus directe. Les frères – les loups du titre du film - représentent les trois forces oppressives de l’Espagne tardo-franquiste : l’armée, l’Eglise et le sexe. De son côté, la grand-mère paralysée incarne la dictature vieillissante, immobile et conservatrice. L’irruption de la nouvelle génération dans cet univers cloîtré permet au réalisateur d’exorciser ses propres frustrations, et de confronter les Deux Espagnes par la voie d’un cinéma crypté, ou « oblique » selon le terme employé par l’historien John Hopewell. La conclusion tragique et violente du film permet de prendre la mesure de l’acte transgressif de l’auteur. En jouant habilement sur les limites entre explicite et implicite, Saura produit un discours détourné sur l’hypocrisie des élites franquistes. 

Anna et les loups est un film dans lequel la tension ne diminue jamais, bien au contraire. Même quand ils ne sont pas présents à l’écran, les frères tyranniques hantent toujours l’esprit du spectateur, impuissant face au déchaînement de leurs pulsions malsaines. L’humour noir des dialogues, écrits par l’incontournable Rafael Azcona, participe au climat angoissant de dérèglement du quotidien. Le personnage de Fernando symbolise parfaitement l’ambiguïté dans lequel baigne le film. Fernando Fernán Gómez compose un rôle complexe, un personnage difficile à cerner : un moment possible porte de sortie d’Anna, il montre finalement sa faiblesse dans la dernière partie en se soumettant à l’autorité de ses frères. La loi du plus fort l’emporte, et Saura démontre par-là comment le refoulé contamine toute la société espagnole, de la bourgeoisie frustrée (les employeurs d’Anna) jusqu’à la nouvelle génération (Anna). Le réalisateur se rapproche clairement de Luis Buñuel, de par la contamination du réel par un imaginaire morbide et inquiétant mais cependant fascinant. Anna ne peut ainsi s’empêcher de « jouer » avec ses patrons, de comprendre leurs motivations. Une attitude qui se conclut en toute logique sur un déchaînement de violence inouï, annonciateur de la brutalité caractéristique du cinéma espagnol de la Transition. 

Un tel film subversif ne pouvait que déplaire aux autorités. Pour autant, le franquisme souhaitait diffuser une image plus libérale à l’étranger en ce début des années 70, et nul doute que le film de Saura fut autorisé dans cette optique, d’autant plus qu’il s’agit d’un film d’auteur, donc susceptible d’attirer moins de spectateurs que le cinéma populaire. Il n’en reste pas moins qu’Anna et les loups demeure, quarante ans plus tard, une œuvre d’une puissance politique intacte. 

Valentin GUERMOND
Vidéo


À lire aussi
Carlos Saura et la censure
Interviews | Carlos Saura et la censure
Jusqu'à la mort de Franco, vous avez cherché des formes intermédiaires pour dire ce qu'il n'était pas possible d'évoquer frontalement. Pouvez-vous nous rappeler cette période où vous cherchiez à contourner la censure ? Si vous regardez bien, la censure a toujours existé en Espagne sous une forme ou sous une autre. Même durant le Siècle... Lire la suite

Geraldine Chaplin
Portraits | Geraldine Chaplin
Aînée des 8 enfants que Charles Chaplin eut avec Oona, la fille du dramaturge Eugene O'Neill, la petite Géraldine fait une apparition aux côtés de ses frères et sœurs dans Les Feux de la rampe, réalisé par son père en 1952. Après avoir grandi entre Hollywood, la Suisse et l'Italie, l'adolescente au tempérament rebelle intègre la Royal... Lire la suite

Carlos Saura
Portraits | Carlos Saura
Né en 1932, Carlos Saura est issu d'une famille bourgeoise libérale. Il débute ses études dans l'ingénierie, mais sa passion pour la photographie est plus forte et c'est en 1952 qu'il intègre l'Instituto de Investigaciones y Estudios Cinematográficos de Madrid. Il y étudie la mise en scène, collabore avec ses amis Eduardo Ducay et Leopold... Lire la suite