Films espagnols

Affiche L'homme aux mille viisages

L'homme aux mille visages

Un film de Alberto Rodríguez
Avec Eduard Fernández, José Coronado, Marta Etura, Carlos Santos, Luis Callejo
Espagne | 2015 | 2h03
Goya 2017 de la meilleure révélation masculine : Carlos Santos, Goya 2017 de la meilleure adaptation Rafael Cobos, Alberto Rodriguez, Coquillage d'Argent au Festival de San Sebastián 2016 du meilleur acteur Eduard Fernández, Latin Beat Film festival 2016 : Meilleur scénario, Premio Feroz Zinelmaldia 2016 : meilleur film
L’homme aux mille visages : quand la réalité dépasse la fiction.

Après le sublime La isla mínima, Alberto Rodríguez revient avec un thriller politique.

Avec L’homme aux mille visages, le réalisateur espagnol nous plonge dans l’un des plus grands scandales de corruption de ces dernières années. Une histoire à peine croyable...

Alberto Rodríguez : entre le thriller et le policier.


Film découvert à l'occasion du Festival de cinéma espagnol de Nantes 2017, du 22 mars au 2 avril. 

L’homme aux mille visages a l’air normal, voire banal. Il n’est ni bel homme, ni charismatique. Il ne semble pas particulièrement intelligent ou dangereux. Pourtant, l’homme aux mille visages est redoutable.

Ex-agent des services secrets trahi par le gouvernement espagnol, il se retrouve sans argent ni pouvoir, jusqu’au jour où il rencontre Luis Roldán.

 

Le puissant chef de la Garde Civile a besoin de lui pour blanchir de l’argent et gérer un scandale qui s’apprête à éclater. Commence alors une série de manipulations et de magouilles pour aider ce nouveau client et retrouver sa position d’avant. Francisco Paesa passe à l’action…

L’homme qui a trompé tout un pays
 
Inspiré de faits réels, le film commence par la fin. La voix de l’associé de Paco (Francisco Paesa / Eduard Fernández) résonne dans l’aéroport. Le pilote Jesus Camoes (José Coronado) a beau être l’un de ses proches, lui non plus n’a aucune idée de ses plans. Sa voix off nous guide à travers l’intrigue, nous annonce le futur, l’irrémédiable. Il nous offre une version de l’histoire, puis revient sur ce qui s’est vraiment passé.
La mise en scène est claire mais rapide. Même ceux qui ne connaissent rien à l’affaire suivent les péripéties. Ce qui nous échappe à tous, ce sont les intentions de l’homme aux mille visages. Est-il en train de nous manipuler ? Va-t-il sauver Roldán (Carlos Santos) ?
La musique renforce la tension constante. Le battement d’un cœur en fond sonore, les plans symétriques, les visages crispés. On est plongé dans cet univers cynique, impitoyable, où l’on ne peut faire confiance à personne.

Francisco Paesa : génial ou machiavélique ?

Comme tous les autres personnages (et comme toute l’Espagne), on se fait balader par Francisco Paesa. Offrant peu de moments d’intimité, il reste un personnage énigmatique, inaccessible. On ignore comment, mais on sait qu’il va s’en sortir. Ce génie de l’arnaque et du mensonge arrive à tout faire croire.
Avec L’homme aux mille visagesAlberto Rodríguez parvient à montrer les coulisses d’un cafouillage national sans perdre ni les néophytes ni les connaisseurs. On a beau être mis à distance de son protagoniste, on n’en reste pas moins envoûté. Un Arrête-moi si tu peux version ibérique que l’on savoure pour sa maîtrise et son mystère.

 

 

Charlotte Loisy


+ d'infos
Lien web
 
Voir ce film
 

À lire aussi
Les Sept vierges
Films espagnols | Les Sept vierges
Les 7 vierges, dans la lignée d'un certain Ken Loach, nous invite à flirter au cœur d'un milieu ouvrier enfermé dans un quotidien de violence. Avec distance et dénué de tout pathos, ce troisième long métrage du réalisateur frôle l'aspect documentaire. Tano, pensionnaire d'un centre de redressement, est exceptionnellement autorisé à... Lire la suite

La Isla Mínima
Films espagnols | La Isla Mínima
Dans l'Espagne post-franquiste des années 1980 qui tente de soigner le traumatisme des quarante dernières années, la disparition de deux jeunes filles dans la campagne andalouse oblige deux policiers que tout oppose à collaborer. Lire la suite