Films

Affiche The secret life of words

The secret life of words

Un film de Isabel Coixet
Avec Sarah Polley, Tim Robbins, Javier Camara, Sveree Ankel Ousda, Steven Mackintosh, Leonor Watling
Drame | Espagne | 2003 | 2h07
Prix du Public au Festival du Cinéma Espagnol de Nantes 2006
Sortie en DVD le 08 Mai 2007
En s’excusant déjà de n’être pas plus loin
The secret life of words sort en France après avoir remporté 4 Goya, dont celui du Meilleur film et de la Meilleure réalisatrice. Un film émouvant sur le poids du passé et le sentiment de culpabilité.
Quelles traces la guerre laisse-t-elle après son passage ? Il y a les stigmates du corps, des cicatrices, des brûlures, des amputations, des marques de torture et d’innombrables croix dans les cimetières. Il y a aussi les stigmates de l’esprit. Hanna, personnage principal interprété par Sarah Polley, est l’une de ces personnes déchirées de l’intérieur, tout comme l’ex-Yougoslavie et ses guerres intestines, dont elle a été victime.

On la découvre quasi autiste, atteinte de surdité, travaillant dans une usine d’Irlande. Son appartement ressemble à une chambre d’hôtel sans âme. Elle se nourrit uniquement de pommes et de poissons panés. Elle vit de façon machinale, totalement recluse, en refusant manifestement d’exister. Sa déficience auditive lui permet de se réfugier en elle et d’écouter le silence mis en scène par la voix d’une jeune fille qui semble loger dans son inconscient.

Un concours de circonstances un peu absurde amène Hanna à prendre des vacances dans une triste station balnéaire de la côte irlandaise. Une plate-forme pétrolière assombrit l’horizon du bord de mer. Par hasard, elle surprend la conversation de quelqu’un qui cherche une infirmière pour s’occuper d’une personne blessée sur la plate-forme. Elle se propose tout de suite en se déclarant infirmière.

C’est sur cette plate–forme et au milieu de l’océan que, durant un mois, Hanna s’intègrera à un groupe composé de sept personnages tous marqués par le même sceau de la culpabilité et de la solitude. Paradoxalement, cette atmosphère se révélera propice à ce qu’Hanna sorte de son mutisme. C’est Josef, l’ouvrier blessé interprété par Tim Robbins, alité et totalement dépendant, qui sera l’élément moteur du changement opéré chez Hanna. Il l’invitera à ne pas s’interdire le bonheur.

De ce goût de vivre, malgré la mort proche, d’Ann dans Ma vie sans moi, au personnage d’Hanna qui est condamné à vivre dans la culpabilité d’avoir survécu, Isabel Coixet interroge une nouvelle fois la frontière entre la vie et la mort. Sarah Polley semble être l’actrice idéale pour jouer des sentiments aussi opposés. La réalisatrice explique qu’elle a écrit ce rôle pour Sarah, parce qu’après avoir travaillé avec elle dans Ma vie sans moi, elle connaissait « son extraordinaire capacité à se métamorphoser. Cette qualité qui lui permet d’être maussade et tendre à la fois, douce et forte, peu aimable et charmante ». Cependant, la performance d’actrice de Sarah Polley ne permet pas à The secret life of words d’atteindre la qualité et l’émotion de Ma Vie sans moi.

Thomas Tertois


+ d'infos
Voir ce film
 

À lire aussi
Isabel Coixet
Portraits | Isabel Coixet
Isabel Coixet est née en 1962 à Barcelone. Encore enfant, grâce à sa grand-mère, guichetière dans un cinéma, elle assiste des après-midi durant à des projections de films. Se révèle alors chez elle, dès le plus jeune âge, une véritable passion. Cependant, quelques années plus tard, parce qu’il n’y a pas d’école de cinéma à... Lire la suite

Le cinéma de femme existe-t-il ?
Dossiers | Le cinéma de femme existe-t-il ?
Dans l'une de ses déclarations, la réalisatrice Iciar Bollain (Ne dis rien, 2003) écartait l’existence d’un cinéma de femme pour affirmer l’unique présence "d’un cinéma interprété par des femmes". Il faut néanmoins reconnaître qu’il y a à peine quelques décennies les femmes n’avaient pas voix au chapitre en matière de... Lire la suite

Goya 2006 : Isabel Coixet grande gagnante des Goya
Actualités | Goya 2006 : Isabel Coixet grande gagnante des Goya
La 20ème cérémonie des Goya restera dans les souvenirs comme celle de la consécration d'Isabel Coixet. Suite à quatre heures de gala, la cinéaste catalane s'est vue remettre le prix de la Meilleure réalisatrice pour La vida secreta de las palabras, auquel s'ajoute celui du Meilleur film, du Meilleur scénario original et de la Meilleure... Lire la suite