Films

Affiche Honor de Cavalleria

Honor de Cavalleria

Un film de Albert Serra
Avec Lluís Carbó, Lluís Serrat, Glynn Bruce, Jaume Badia, Felicià Butinyà, Lluís Cardenal
Drame | Espagne | 2006 | 1h50
Nomination Caméra d'Or Cannes 2006
Quichotte qui flotte

Honor de cavalleria n’est pas ce qu’on pourrait appeler une énième adaptation au cinéma du roman anti-picaresque de Cervantès. Oublions une seconde qu’il s’agit d’un film, fabriqué à l’aide de caméras et autres engins cinématographiques. Plantons-nous devant ce bizarre objet comme on se planterait devant une peinture (de Dali ?). Habitués que nous sommes à l’abondance des films contemporains – qui sortent chaque semaine en nombre incalculable – on atterrit quelque peu déconfits devant l’écran. Avis aux grands consommateurs, cette création d’Alberto Serra risque de les impatienter, de mettre leurs nerfs à rude épreuve… sûrement même de leur faire quitter la salle.

Honor de cavalleria n’est pas ce qu’on pourrait appeler une énième adaptation au cinéma du roman anti-picaresque de Cervantès. Oublions une seconde qu’il s’agit d’un film, fabriqué à l’aide de caméras et autres engins cinématographiques. Plantons-nous devant ce bizarre objet comme on se planterait devant une peinture (de Dali ?). Habitués que nous sommes par l’abondance des films contemporains – qui sortent chaque semaine en nombre incalculable – on atterrit quelque peu déconfits devant l’écran. Avis aux grands consommateurs, cette création d’Alberto Serra risque de les impatienter, de mettre leurs nerfs à rude épreuve… sûrement même de leur faire quitter la salle.

Aride, la Mancha

Des nuits… des jours… puis encore des jours… et puis des nuits. Quelques chants de grillons… d’autres de cigales. Et rien que de l’herbe sèche à se mettre sous la dent. Le personnage de Don Quichotte est lui aussi sec, comme un coup de trique. Son vieux corps est enfermé dans une cuirasse cabossée. Ses cheveux blancs sont balayés par le vent comme de la paille. Son fidèle serviteur, Sancho Pança, carrément obèse, donne un peu de rondeur. Rossinante est là aussi, ainsi que l’âne. Pas de doute, c’est la bonne histoire. Don Quichotte interpelle en permanence : « Sancho ! ». Celui-ci ne répond que sous l’insistance, reste docile, regarde là où son maître lui dit de regarder, fait ce qu’il lui dit de faire, répète ce qu’il lui dit de dire. Mais le regard de Sancho ne trompe pas : Quichotte est fou. Car il n’y a rien autour d’eux, si ce n’est ce paysage aride. Point de chevaliers à combattre ou de princesses à ravir, ni même de moulins à vent. Juste le vent. C’est en cela que le film atteint son probable objectif : il montre à voir un rêve idéaliste et absurde.

Un film d’aventures sans les aventures

L’exposé détaillé des péripéties ne serait pas bien fastidieux. Les plans fixes, quasi systématiques, ne laissent place qu’à une poignée d’évènements. Ainsi de la baignade dans une rivière. Quichotte y entraîne Sancho, qui renâcle malgré l’écrasante chaleur. Le vieux ne sait pas nager, alors il fait semblant, en barbotant avec ses bras tordus à la peau flasque. Il nous soutire un rire, ni éclatant, ni fou. Le rire de l’absurde, le nerveux, le grinçant, mais bien le rire. Comme lorsqu’on ne sait plus trop quoi faire de ce qui nous arrive, alors on en rit. C’est un peu là le miracle du roman de Cervantès : au travers de l’imagination de Don Quichotte, on rêve coûte que coûte et l’on se fout alors pas mal du prosaïsme du réel et de la plate insignifiance des choses.
Les acteurs ne sont pas des professionnels. Les dialogues ne sont pas millimétrés. Les paroles sont prononcées dans un rapide catalan qui ne cherche pas à être articulé. Honor de cavalleria n’est pas un film d’action. Le temps y prend son temps. C’est une sorte d’intermède dont on sort mort d’ennui, fou de sommeil, ou serein d’apaisement.

+ d'infos

À lire aussi
Le Chant des oiseaux
Films | Le Chant des oiseaux
Des personnes âgées dans un désert, trois vieux errant dans des vallées escarpées, un pays « soi-disant plat » se plaint l'un d'entre eux, une couronne sur la tête comme les deux autres. Pendant ce temps, une femme et un homme vivent dans des ruines, ils échangent des banalités, elle en catalan, lui en hébreu. Au fur et à mesure, on... Lire la suite

Albert Serra - Le Chant des oiseaux
Interviews | Albert Serra - Le Chant des oiseaux
Comment ont été choisis les personnages du Chant des oiseaux? Pourquoi ce sujet biblique?Je voulais continuer dans la voie d'Honor de Cavalleria, mais en plus abstrait. Lors des débats après les projections d'Honor, tout le monde admirait les paysages, disait que je devais énormément les aimer, bien les connaître... A la cent quarantième... Lire la suite