Films

Affiche Le chant des oiseaux

Le Chant des oiseaux

Un film de Albert Serra
Avec Mark Peranson, Lluís Carbó, Montse Triola, Victoria Aragonés, Lluis Serrat Battle
Drame | Espagne | 2008 | 1h38
Quinzaine des Réalisateurs 2008
Sortie en DVD le 03 Avril 2012
En attendant Jésus
Des personnes âgées dans un désert, trois vieux errant dans des vallées escarpées, un pays « soi-disant plat » se plaint l'un d'entre eux, une couronne sur la tête comme les deux autres. Pendant ce temps, une femme et un homme vivent dans des ruines, ils échangent des banalités, elle en catalan, lui en hébreu. Au fur et à mesure, on comprend : la longue marche tortueuse de ces trois, c'est avec l'apparition de l'ange Gabriel(le), féminisé pour l'occasion, qu'elle prend son sens. Le fils du divin est né, leur rôle sera d'aller jusqu'à Lui, Lui offrir leur présence et des présents.

Toutefois, dans la tête du réalisateur Albert Serra, cette recherche de l'étable de Bethléem n'est pas aussi aisée qu'on pouvait le penser en lisant les dix lignes du passage biblique. Comme pour son premier film, Honor de cavalleria, le réalisateur catalan s'applique à inscrire son film entre les lignes des grands écrits : d'abord entre celles du premier roman moderne et maintenant entre celles du premier de tous.

Et tout comme Quichotte n'était pas l'excité de tous les instants que l'on aurait pu penser en lisant Cervantès, les Rois Mages n'arrivent pas au chevet de Marie facilement. Il s'agira bien plutôt pour eux d'un interminable voyage dans le désert de Galilée. Pourtant, il n'y a jamais de dramatisation d'un événement, tout ce qui se passe dans ce film est anti-spectaculaire au possible. On se contente souvent d'apprécier la merveilleuse beauté des vallées (filmées avec l'un des plus beaux noir et blanc qu'il m'ait été donné de voir), le son d'un oiseau ou du vent, même le silence est majestueux. Le corollaire à cela, c'est l'allongement des plans, comparables souvent à quelque tableau abstrait jouant sur les nuances de gris.

Faire durer au maximum l'espace entre deux noirs, c'est aussi ressentir le temps qui passe, comme pour justifier la dose inévitable d'absurde qui en provient. Les trois rois entament souvent dans un plan-séquence la traversée d'une plaine ou l'ascension d'une colline, et alors qu'on les croyait disparus du plan pour toujours et que l'on croyait voir les dernières secondes d'existence de celui-ci, ils réapparaissent pour traverser cette même colline ou plaine dans un autre sens. Cela est encore plus prégnant lors des phases dialoguées, où se fait même ressentir une certaine dose d'humour. En effet, peu chrétiens, les mages ne s'empêchent jamais de pester contre Gabriel(le) et son étoile du berger, introuvable dans le ciel constamment nuageux; ils pestent également contre la topographie même du désert galiléen. Il n'est pas rare de les voir se chamailler, une fois à cause d'un endroit trop inconfortable et trop serré pour y dormir sereinement, une autre quand il s'agit de choisir de franchir une montagne ou de ne pas le faire. Impossible de ne pas penser à Samuel Beckett ou à Alfred Jarry, surtout quand on sait l'amour que porte le réalisateur au théâtre.

Et puis soudain, les mages arrivent au but alors qu'on n'y croyait plus, ils s'agenouillent, s'allongent même, face à Marie qui porte l'Enfant-roi entre ses bras, le plan se fige presque et une musique solennelle, grave, empreinte de grandeur mystique, s'élève, montrant enfin au grand jour les intentions les plus profondes d'Albert Serra : nous faire endurer une longue absurdité triviale pour faire ensuite éclater le spirituel, le sacré, la beauté radicalement noble se cachant dans le monde. Le catalan dit lui-même qu'il a « l'intuition qu'il y a derrière ces images quelque chose de poétique ». On ira plus loin : cette nouvelle forme de rêve, d'émerveillement, que l'on retrouve chez Weerasethakul, Van Sant ou Kawase, impose Serra parmi les grands réalisateurs contemporains.

+ d'infos
Voir ce film
 

À lire aussi
Honor de Cavalleria
Films | Honor de Cavalleria
Aride, la Mancha Des nuits… des jours… puis encore des jours… et puis des nuits. Quelques chants de grillons… d’autres de cigales. Et rien que de l’herbe sèche à se mettre sous la dent. Le personnage de Don Quichotte est lui aussi sec, comme un coup de trique. Son vieux corps est enfermé dans une cuirasse cabossée. Ses cheveux... Lire la suite

Albert Serra - Le Chant des oiseaux
Interviews | Albert Serra - Le Chant des oiseaux
Comment ont été choisis les personnages du Chant des oiseaux? Pourquoi ce sujet biblique?Je voulais continuer dans la voie d'Honor de Cavalleria, mais en plus abstrait. Lors des débats après les projections d'Honor, tout le monde admirait les paysages, disait que je devais énormément les aimer, bien les connaître... A la cent quarantième... Lire la suite