Films

Affiche Biutiful

Biutiful

Un film de Alejandro González Iñarritu
Avec avier Bardem, Maricel Álvarez, Eduard Fernàndez, Blanca Portillo, Ruben Ochandiano
Drame | Espagne, Mexique | 2010 | 2h18
Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 2010, Goya 2011 du Meilleur acteur
Sortie en DVD le 27 Septembre 2011
Biutiful
Iñarritu abandonne le film choral et se tourne vers un drame linéaire d'une grande noirceur. Le film, en compétition officielle lors de l'édition 2010 du Festival de Cannes, a valu à Javier Bardem le Prix d'interprétation masculine pour le rôle-titre d'Uxbal.
Le réalisateur mexicain Alejandro González Iñarritu est un talent sûr. Découvert en 2000 avec son film coup de poing Amours chiennes, il a ensuite déployé un cinéma attrayant et parfois dérangeant, gage de succès (21 grammes – 2003 et Babel - 2006). Biutiful diffère de cette trilogie: "c'est un condensé de tout ce que je n'avais jamais fait : une histoire linéaire portée par un personnage unique", avoue le réalisateur qui a confié le rôle principal d'Uxbal à Javier Bardem. Dès l'écriture du scénario, Iñarritu songeait à l'acteur espagnol pour porter à l'écran ce personnage tout en souffrance. "Personne d'autre n'aurait pu apporter au personnage ce qu'il lui a donné. Je n'aurais pas pu faire ce film sans lui, parce que pour moi, lui seul était Uxbal".

Un héros tragique

L'histoire d'Uxbal est celle d'un héros tragique, un homme qui lutte pour s'en sortir alors que toute son existence s'effondre. Séparé de sa femme Marambra (Maricel Alvarez), il élève seul ses deux enfants et trime pour leur donner de quoi manger dans une Barcelone bien loin de son image glamour. Si le film est avant tout l'histoire d'un homme à la dérive, c'est aussi la peinture d'une société métissée où coexistent en harmonie les différentes populations immigrées dans les quartiers de Badalona et Santa Coloma. Le film d'Iñarritu est en ce sens une radiographie migratoire de ces pauvres gens qui bon an, mal an, s'entraident et luttent pour leur survie. Cette situation renvoie au paradoxe d'Uxbal, qui à la fois soutient ces personnes, vit en bonne intelligence avec elles, mais les exploite. Il sera d'ailleurs responsable d'un événement tragique qui donne toute la mesure et l'ambivalence de ce personnage.

La paternité en obsession

Javier Bardem est saisissant de sincérité et de profondeur. Iñarritu ne l'a pas épargné car l'acteur porte sur son corps et son visage les séquelles de la souffrance. Uxbal s'approche tout doucement de la mort en transmettant à ses enfants ses souvenirs. Dans cette mise en scène dramatique, on voit surgir les préoccupations du réalisateur. "Biutiful, dit-il, développe à nouveau un thème qui m'obsède depuis toujours : la paternité, la peur de perdre son père, de devenir père, et ce moment précis où vous commencez à devenir votre propre père et où vos enfants deviennent vous". Nul doute que ces paroles devaient raisonner chez Bardem, dans l'attente de la naissance de son premier enfant. En tout cas, ce film Biutiful est à la fois doux et violent, c'est un film qui fait réfléchir sur l'existence et nos rapports aux autres. Javier Bardem y est une fois de plus étincelant, tout simplement, "biutiful".

Esteban Dormoy


+ d'infos
Voir ce film
 

À lire aussi
Javier Bardem
Portraits | Javier Bardem
Javier Bardem a reçu cette année l’une des plus hautes distinctions qu’un acteur puisse recevoir. Il s’est vu décerner le Prix d’Interprétation Masculine au Festival de Cannes pour son jeu dans le film Biutiful, du réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu. Cette consécration a vite été éclipsée par une information plus... Lire la suite