Films espagnols

affiche

El mundo entero

Un film de Julián Quintanilla
Avec Loles León, Julián Quintanilla, Cándido Gómez, Eric Francés
Comédie | Espagne | 2017 | 30min
30 distinctions
Ou le fils de La Chary
Moyen-métrage de Julián Quintanilla, originaire de Badajoz, projeté tous les jours au MK2 Beaubourg à Paris, à 19h ; film aux plus de 30 distinctions et aux plus de 60 projections dans des Festivals Internationaux. Qualifié aux Oscars de 2018, candidat au Prix Goya de l'Académie espagnole et lauréat de 28 prix internationaux. Le réalisateur, scénariste formé au Conservatoire européen d'écriture audiovisuelle-CEEA) et acteur, homme de théâtre également, aux influences espagnoles et françaises (premier court-métrage, Implicación, 2004 projeté dans plus de 25 pays et 200 festivals, le deuxième No pasa nada diffusé en 2006), met en scène pour la troisième fois, la grande Loles León dans le rôle de son plus attachant personnage : sa mère Rosario.
Comment ne pas craquer sur cette fable mettant en scène des figures emblématiques du quartier de San Roque à Badajoz ? Comment ne pas s'attacher à Chary ? Non, pardon, à LA Chary ? Comment ne pas s'attacher à son fils Julián, le réalisateur et scénariste qui joue ici son propre rôle, qui l'aime avec respect et dévotion; à cette autre voisine La Engracia (Soledad Benítez), la grande commère, toujours sur le pied de grue, à ses femmes qui sont toujours là pour les autres? Comment ne pas s'attacher au quartier chaleureux des maisons basses et étincelantes? Comment ne pas s'attacher aux expressions langagières des femmes battantes, plus puissantes que tous les discours des orateurs masculins ? Comment ne pas s'attacher aux machas et à leur personnalité ?

Dans une bourgade de Badajoz, comme sur le chemin d'oz, c'est le vert du pull de La Chary, à l'instar du château scintillant, qui diffuse sa lumineuse chromatique de l'espoir (saluons le travail féerique du chef opérateur : Alberto Pareja). La fable est lancée, la musique originale de Víctor Reyes (Buried, Ana y los 7, etc.) accompagne le spectateur dans une tendre apparition surnaturelle : le fils retrouve le fantôme de sa mère pour l'annuel bavardage haut en couleur lui aussi.

Et quelle fable celle qui se joue sur ce banc en pierre du jardin des soupirs, celle de la construction d'un monde meilleur ! Parce que "la vida vuela, pero volando volando", il n'y a pas de temps à perdre. Au fil de leur conversation, les flashbacks révèlent les mémoires. Le point de vue est celui de La Chary face aux autres. La réminescence d'une scène affligeante d'homophobie contre El Peter (Cándido Gómez) devient l'élément déclencheur de la deuxième partie de la narration. Répondre aux souhaits de La Chary, voilà la mission de son fils digne. Et cette année, l'objectif est hautement fondé sur un message de tolérance. Réparer l'ignorance et défendre la cause des opprimés, voilà un voeux qui fait de La Chary la voix libératrice des victimes d'homophobie et la mère bien-aimante de son fils...

Les volontés sont respectées, son fils s'exécute et d'autres vérités viennent à lui : sa mère a directement participé, en allant voir un psychologue (Eric Francés), sans même le savoir, au changement de ces pratiques et à l'évolution des mentalités du quartier vers un vivre ensemble tolérant.

Loles León (Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar, Libertarias de Vicente Aranda, La Niña de tus ojos de Fernando Trueba, pour ne citer que quelques titres), crève l'écran et s'installe dans l'esprit des spectateurs : elle est cette voisine qui a pris le risque d'être marginalisée injustement au nom de la liberté. Loles León, ici, est la mère qui réchauffe le cœur et remet en question bien des préjugés: attendrissante dans ses doutes et rassamblante par son intelligence du coeur. Elle est la reine des battantes !

Comme le dit si bien son fils, "Benditas las mujeres del barrio de San Roque" qui prennent les problèmes à bras le corps et les transforment en expérience de paix. Le cinéma s'impose pour notre plus grand plaisir comme l'art par excellence de faire revivre les morts et de réparer les vivants.

Les Rédacteurs


+ d'infos
Lien web
 
Voir ce film
 

À lire aussi
Pedro Almodóvar
Portraits | Pedro Almodóvar
Almodovar est le grand cinéaste espagnol de la fin du vingtième siècle. Il perpétue la malédiction du cinéma de la péninsule, qui veut qu’un seul grand réalisateur (Luis Buñuel, Carlos Saura) émerge par génération. Au-delà, point de salut. Vision floutée de la création cinématographique espagnole ou simple constat ? Au début des... Lire la suite

Femmes au bord de la crise de nerfs
Films espagnols | Femmes au bord de la crise de nerfs
"Il y a quelques mois j'ai emménagé avec Ivan tout en haut de cet immeuble. Comme Noé, j'aurais aimé avoir un couple de chaque espèce animale dans cette basse-cour que j'avais installée sur la terrasse. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que je n'ai pas réussi à sauver le couple qui m'intéressait le plus, le mien", résume une voix off... Lire la suite