Films espagnols

affiche

Lesa humanitat

Un documentaire de Héctor Fáver
Avec Baltasar Garzon, Chato Galante, Carlos Slepoy, Soledad Luque, Gerardo Pisarello, Emilio Silva, Eduard Fernández
Documentaire | Espagne | 2017 | 1h 49min
Lesa Humanitat : un documentaire contre l’oubli
42 ans après la mort de Franco, l'Espagne est-elle pacifiée ? Les Espagnols réconciliés ? A travers son bouleversant documentaire "Lesa Humanitat", le réalisateur argentin Héctor Fáver nous répond franchement, et donne la parole aux victimes de crimes d'état impunis pour enfin ouvrir la voie à une vraie "mémoire historique" ibérique. Avant-première mondiale le 17 Juin 2017 au Festival "Dífferent! 10" à Paris.

La mémoire sélective de l’Espagne
 
Argentine, Cambodge, Allemagne… Partout ailleurs, les crimes d’état sont jugés et condamnés. 10 ans, 20 ans, 30 ans plus tard. Peu importe. La justice se met en marche un jour ou l’autre et applique le droit, restaure la mémoire. Qu’en est-il de l’Espagne après des décennies de franquisme et une transition démocratique laborieuse ?
 
Héctor Fáver part de 3 pays où les autorités ont sévi, torturé, tué. Puis il fait parler les victimes espagnoles, et le contraste est saisissant. Un Républicain emprisonné voit son tortionnaire aux hautes fonctions de l’état. Un petit-fils voit son grand-père enterré à côté de son bourreau. Comment vivre dans le présent ? Comment oublier le passé quand les blessures ne sont pas refermées ?

Un passé trop présent
 
C’est avec force que le Lesa Humanitat montre pourquoi il est capital encore aujourd’hui de juger les crimes commis par la dictature. La loi d’amnistie a libéré les prisonniers politiques certes, mais elle a aussi empêché la condamnation des atrocités franquistes en absolvant les deux camps.
 
Un prix lourd à payer quand on sait que de nombreuses rues portent encore les noms de tortionnaires, que les enfants volés aux Républicains n’ont jamais retrouvé leur famille et que les corps anonymes gisent toujours par milliers dans les fosses communes disséminées dans tout le pays.

Les crimes d’un état amnésique
 
Gonzalez, Aznar, Zapatero, Rajoy… Le documentaire montre qu’aucun chef de gouvernement n’a remis en question la transition démocratique, ni même son tribut. Ce n’est jamais l’état qui se charge de panser les blessures, ce sont les victimes, les enfants et petits-enfants de victimes, et même parfois les autorités de pays étrangers.
 
Lesa Humanitat met aussi à jour un système complexe où les intérêts des populistes, des nationalistes, de l’Église et de la CIA se croisent. Des images d’archives aux interviews en passant par les plans sur des monuments historiques, les silences et les fondus noirs en disent long. La musique dramatique appuie cette tension tragique, atténuée par le combat féroce des interviewés.

La parole aux victimes
 
Et tandis que le juge Garzon témoigne de son échec à faire juger les responsables, les acteurs de la mémoire historique crient leur détermination. Aidées notamment par des anthropologues argentins, les associations se battent jour après jour pour que les coupables et les victimes soient reconnus comme tels, pour que l’Espagne regarde son passé en face et construise son futur.
 
Avec son film, Héctor Fáver nous interroge, nous émeut et nous enrage. Des images et des mots nécessaires, dans un monde qui oublie l’Histoire et ses faux pas. Le cinéma nous empêche d’oublier, alors souvenons-nous.

 

Charlotte Loisy


+ d'infos
Voir ce film