Films

affiche

Sicixia : une carte des sons amoureuse de la Costa da Morte

Un film de Ignacio Vilar
Avec Marta Lado, Monti Castiñeiras
Drame | Espagne | 2016 | 1h 38min
Sélection Festival de Gijón, Meilleure actrice pour Marta Lado-Festival Cinespaña Toulouse 2016
Sicixia : une carte des sons amoureuse de la Costa da Morte.

Sixième film du réalisateur galicien Ignacio Vilar. Sicixia vogue sur la Costa da Morte, hors des sentiers des pèlerins, pour un aller sans retour du spectateur vers Fisterra, Muxía, Camariñas, Sabucedo et autres points de vue les plus naturels les uns que les autres. Une histoire d'amour entre un homme et une femme, pour l' Humanité et la Nature. Un film, entre la fiction et le documentaire, qui résonnera encore longtemps par ses sons, ses accents, sa vie.
Sortie en Espagne: le 25 novembre 2016. 

Film découvert le 3 octobre 2016 à l'occasion du 21ème Festival Cinespaña de Toulouse, du 30 septembre au 9 octobre 2016.

Sixicia : l'alignement du Soleil, de la Terre et de la Lune.
Par ce terme relevant de l'astronomie, nous sommes au moment exact d'une rencontre qui redonne le goût de la vie dans un territoire mystique: La Costa da Morte. Xiao (Monti Castiñeiras), ingénieur du son, capte tout ce qui permet de composer des archives ethnographiques complètes.
Ollala (Marta Lado), pêcheuse d'algues, est son guide dans les recoins et les histoires bien gardés de la région. Ils vont trouver en eux et par leurs excursions le motif pour lutter contre le desespoir du quotidien, contre le poids du devoir, contre les lois des Hommes. Ils font l'expérience de l'Eveil : de leurs sens, de leurs mémoires et de leurs sentiments. Cette histoire d'amour fait émerger toute la grandeur de la Costa da Morte aux yeux du spectateurs qui devient universel. Sicixia prend le temps de filmer les sons, les gestes ancestraux, leur cuisine, leurs fêtes, leurs chants populaires, leurs témoignages, leurs récits, les bruits de l'eau, de la terre et de l'air. C'est par le prisme du son que Ignacio Vilar réussi magistralement sa carte non seulement du territoire avec une photographie une fois de plus brillante grâce à mais aussi de ces légendes, de ces vies, de ces hommes. Sa caméra discrète vole des plans serrés, des panoramiques, des regards lancés sur les Hommes, les Femmes et l'horizon.
Sicixia est un hommage aux espaces naturels et aux sociétés qui les habitent. Le son est indéniablement le chemin sur lequel nous découvrons la force des images de Ignacio Vilar. Le spectateur a sa place dans ce film: au-delà de la Costa da Morte, c'est la Nature et l'Humanité qui sont invoquées dans ce film. C'est par les souffles, les vents, les murmures que le cinéma galicien jaillit, sur un Requiem In Paradisium, dans cette belle programmation toulousaine et nous lui souhaitons une intense et large diffusion !

Les Rédacteurs


+ d'infos

À lire aussi
Cérémonie de clôture du Festival Cinespaña '16 de Toulouse
Actualités | Cérémonie de clôture du Festival Cinespaña '16 de Toulouse
Samedi soir dernier, le 9 octobre 2016, dans la grande salle de la cinémathèque de Toulouse, il y avait foule pour assister à la remise des Prix de la 21ème édition du festival de cinéma espagnol. La cérémonie a débuté avec le discours de remerciement de Françoise Palmerio, présidente du festival et Patrick Bernabé,... Lire la suite

Sicixia de Ignacio Vilar
Interviews | Sicixia de Ignacio Vilar
Echange avec Ignacio Vilar.
Le vendredi 7 octobre 2016.

L’origine du film...
Il y a trois ans, avec ma compagne nous avons fait une marche de deux semaines sur les terres de la Costa da Morte. Lire la suite