Films

Ne pas s'avouer vaincu

Ne pas s'avouer vaincu

Un documentaire de Susana Arbizu , Henri Belin
Documentaire | France | 2012 | 1h 30min
Exilé républicain résidant à Bobigny depuis les années 60, Daniel Serrano, aujourd'hui âgé de 94 ans, se bat depuis son pavillon de la banlieue parisienne pour réhabiliter la mémoire de son frère Eudaldo, fusillé en 1941 à l'issue de la Guerre Civile Espagnole.

Malgré les démarches répétées de Daniel, la figure de ce frère, élu en 1936 maire-adjoint du Front Populaire à La Torre de Esteban Hambrán, n'est toujours pas reconnue dans ce village tolédan situé à quelques kilomètres à peine au sud de Madrid, où la mairie se refuse également à débaptiser les rues et édifices publics qui exhibent encore une toponymie franquiste.

Au fil des objets que Daniel commente ou des réunions auxquelles il participe, le souvenir de ce frère porté disparu et du passé qui l'entoure remontent à la surface. Un univers mental se dessine fait de juxtapositions et de glissements entre la banlieue parisienne, l'Espagne de 36 et celle d'aujourd'hui, plongée dans les tourments de la crise, où nombre de réticences freinent encore le rétablissement de la mémoire dont cet homme est porteur.

Las d'essuyer les refus, exaspéré par la passivité des autorités espagnoles, Daniel décide finalement d'agir seul. Sa lutte est avant tout le combat d'un résistant dans l'âme qui, malgré la crise idéologique du moment, les pactes de silence et d'oubli qui caractérisent l'Espagne contemporaine, a décidé de ne pas s'avouer vaincu.



À lire aussi
Ne pas s'avouer vaincu
Actualités | Ne pas s'avouer vaincu
A l’origine de Ne pas s’avouer vaincu, une rencontre, celle des réalisateurs Susana Arbizu et Henri Belin, enseignants à Paris, avec Rose-Marie Serrano, la fille de Daniel, qui souhaitait des enregistrements audio de son père pour que ses souvenirs ne disparaissent pas avec lui. Très vite, du fait de la personnalité de Daniel Serrano et... Lire la suite