Films

Paco de Lucia, légende  du flamenco

Paco de Lucia, légende du flamenco

Un documentaire de Curro Sánchez
Avec Paco de Lucía, Pepe de Lucía, Rubén Blades
Documentaire | Espagne | 2014 | 1h 32min
Goya du meilleur documentaire 2015
Paco de Lucía, portrait intimiste
Réalisé par le fils de Paco de Lucía, ce documentaire retrace le destin musical et le parcours de ce mythe de la guitare flamenca. Derrière l'artiste, le virtuose, la légende, on découvre l'homme, entre confidences et souvenirs. De là, jaillit un portrait intime et touchant mais toujours pudique.
Il jouait de la guitare en posant sa jambe droite sur le genou, Paco de Lucía a révolutionné le langage du flamenco en 60 ans de travail et de recherche musicale. A travers ce documentaire, Curro Sánchez Varela rend un hommage vibrant à son père disparu en 2014. Des rues populaires d’Andalousie aux plateaux TV espagnols et en passant par les scènes New-yorkaise, il le filme de 2010 à 2014, jusqu’à son dernier accord. Dans Paco de Lucia. Légende du flamenco, on découvre des facettes peu connues du musicien.

De l’homme à la légende

«Le flamenco me déchire que je sois heureux ou triste » raconte Paco de Lucía.

Il naît en 1947 dans une famille de musiciens à Algesiras. C'est son père qui lui enseigne la guitare  dès 7 ans. Durant les années de dictature franquiste, la musique constitue un espoir de réussite sociale. Avec son père, il apprend l’exigence, la perfection et la discipline qui lui serviront durant toute sa carrière. Le jeune Francisco avait pour mentor Sabicas, et adulait Nino Ricardo et Pepe Marchena. Très vite, il se tourne vers la guitare solo après avoir accompagné son frère qui chante. Quelques notes de guitare plus tard, Francisco Sánchez Gómez devient Paco de Lucía (Lucía étant le prénom de sa mère.) Il ne sait ni lire ni écrire la musique, mais à l'âge de 14 ans, il est engagé comme guitariste dans la compagnie de danse du grand José Greco.

Un voyage au rythme du flamenco

Rythmé par les notes fiévreuses de la guitare, le documentaire revient sur les lieux de son enfance jusqu'à son dernier concert à Mayorque qui sert de fil rouge au film. On revit ses premiers concerts aux États-Unis, sa rencontre décisive avec le plus grand chanteur de flamenco, Camarón de la Isla, et ses improvisations avec Sabicas. Par le biais de films d'archives, de photographies, de représentations en direct, le spectateur découvre Paco à travers ses amis intimes, sa famille ou les grands musiciens comme Chic Corea et des guitaristes flamencos qui l’ont influencé. Entre flash-back, anecdotes et entretiens, c’est un voyage introspectif vers ses racines, ses humeurs, ses désirs et ses craintes. Peu à l’aise face à la caméra, Paco de Lucía se laisse aller à des confidences. Et le documentaire dévoile le portrait d'un homme attachant. On le voit répéter, jouer, douter. Surtout douter. On découvre un homme qui se remet sans cesse en questions, un travailleur acharné, exigent avec lui-même, homme de technique et de précision. Humble, Paco de Lucía s’excuse presque d’être doué.

Guitariste virtuose, l’interprète de Entre dos aguas reste l'un des principaux artisans de la modernisation du flamenco, un art qu’il a contribué à faire connaître au monde entier, notamment en l’enrichissant avec l’influence de divers univers musicaux comme le jazz, la bossa nova et le classique. Le  documentaire, présenté au Festival du film de Saint-Sébastien en 2014, a remporté par la suite le Goya du meilleur documentaire espagnol.

Elise Chevillard


+ d'infos
Voir ce film